Ninja No Yume
en cours



 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Si tu veux pouvoir supporter la vie, sois prêt à accepter la mort ! [en cours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Si tu veux pouvoir supporter la vie, sois prêt à accepter la mort ! [en cours]   Ven 14 Sep - 19:33


|- Présentation d'Himeko-|






|- Nom -> Maeda
|- Prenom -> Himeko
|- Age -> 17 ans même si elle ne les fait pas
|- Sexe -> Femme voyons è.é
|- Village ou Organisation -> Kiri
|- Grade -> A vous de voir
|- Affinité souhaité -> Suiton
|- Code de validation -> Validé par le belle et talentueuse rose rouge


Les yeux sont aveugles quand l'esprit est distrait.



Bonjour la compagnie, vous allez peut-être me demandais ce que je fous ici et bien je vais vous le dire, je suis nouvelle dans l'académie et je dois dire que mon premier Test est assez dure, je lis le sujet pour que vous vous mettez dans le bain. Franchement, je m'étais préparée au pire, mais vraiment, dès que je lue ma première partie, j'ai sentie que ce ne serait pas si facile que ça.

Citation :
Sujet: Vous êtes nouveau ici et vous devez vous présentez physiquement, utiliser tout ce que vous savez. Bonne chance, vous avez 30 minutes.

La ce fut le choc, comment pouvais-je écrire tous ça en moins de 30 minutes, c'était une mission impossible. Vous savez les ninjas qui doivent faire une mission quasi impossible pour sauver ou protéger quelqu'un, et bien moi c'est pareille, sauf que je ne dois protéger ni sauver quelqu'un, mais plutôt me sortir de cette situation desastreuse, je le sens. Je pris alors un stylos et regarda un moment ma feuille, 1 minute, 2 minutes, 3 minutes...Les minutes défilèrent et après 10 bonne minutes à fixer ma feuille, j'eus une illumination divine *Euh...Mimiko, tu devrais arrêtée de papoter, il ne te reste plus beaucoup de temps...* Raaah, flûte, merci de me le rappeler, mais tu sait, je vois tout *Eh alors, tu as toujours besoin d'aide ma fifille, c'est pas si facile que ça de coatcher quelqu'un comme....Euh...Regarde, un écureil* /Se retourne/ Eh, sa va pas, tu ma mentie, eh ohhhhh, tu es où, j'en crois pas mes yeux, elle a disparue, et pourtant, mes yeux sont pourtant très perçant. Bon allez, au lieu de papoter, je ferais mieux de me mettre au boulot car j'en ai des choses à dire *Bien sûre...Bien sûre, préparez-vous au carnage mes amis*

Bon, allez c'est partis mes chers amis, après une longue réfléction avec mon moi antérieur *Moi en faite* Je me décidais enfin à prendre ma feuille et commencer à écrire, je pris alors un stylo et commençais à rédiger mon paragraphe.

Bon, je m'appelle Himeko Maeda j'ai 17 ans et je suis nouvelle dans l'académie. Je suis une jeune femme du village de Suna et je contrôle le suiton. Pour commencer, je vais me définir en tant que personne de petite taille, mais ne vous fiez pas au apparence, même si je suis petite, je suis très souple et assez rapide pour mon âge. Je mesure à peu près 1 m 55 pour 46 kilos, pas très gros n'est ce pas ? Mais cette taille me permet de faire plus rapidement certain geste et esquivait un peu plus rapidement certaine combine, même si parfois mon poid se retourne contre moi. A part ma petite taille, je possède aussi des cheveux de couleur violet foncer, qui sont de nature à être très court, même si avant, j'avais les cheveux qui était légérement plus long. Pour accompagner cette magnifique couleur violette, je possède aussi des yeux de la même couleur, à une chose prêt, vut que l'un de mes yeux et d'une couleur différente. Eh oui, car même si j'ai des yeux de différente couler, sur l'un d'eux je possède une sorte de amrques étranges et une cicatrice que je ne montre à personne, c'est pour ça que j'ai mis une cache oeil pour le cacher et ainsi oublier mon enfance traumatisante. A part ses quelques point, je possède des cils très fin, ce qui encadre mon visage enfantin et froid en même temps, donnant une différente impression selon mon humeur. On peut aussi voir qu'au niveau de ses lèvres apparaient une sorte de petite cicatrice vraiment petite, une cicatrice qu'elle n'oubliera jamais, comme son passé.

Bon, c'est bien beau tout ça, mais si on passait à sa silhouette, je ne vais pas parler de son visage toute la journée. En me regardant de loin, on peut voir que je possède une silhouette fine mais pas trop. Au niveau vestimentaire, je porte souvent des affaires sombres comme par exemple du violet foncer, mais je peux aussi porter des affaires plus claires, comme par exemple du bleu clair et du blanc, en passant par le violet et le rose clair. Elle porte ains pour les mission une tenue de ninjas très différente de ses tenues de tout les jours. Elle porte une écharpe de couleur violette et noir en carreaux, mais aussi une sorte de haut blanche et rose foncer avec une t.shirt noir en dessous. Elle porte aussi des sortes de manchettes de la même couleur que ses vêtements et enfin une petite jupes de couleur noire avec en ceinture une sorte de foulard rose clair. Au niveau de ses jambes, elle porte de longue chaussette de couleur noire et un petit sac sur sa cuisse pour y ranger ses kunai.

Bon, malgrès la vitesse que j'ai mis pour écrire cette description, je suis sûre que je vais me faire pulvériser par les remarques, je suis très doués à ce petit jeu. Maintenant que ma première partie et faites, voila que ma deuxième partie arrive en force, dans la plus dure difficulter total, le sujet sur la description mental. *Bon, bin bon courage Mimiko, persos, je pense qu'elle va l'avoir, enfin je l'espère pour elle*
[/color]


La mort est un bienfait pour celui qu'elle délivre des maux de la vie.



Et voila que mon deuxième sujet arrive en force. Je regardais alors mon nouveau sujet, commençant vraiment à douter des évaluation pour devenir Ninjas. Franchement il demande des choses très simple mais que pour moi sont très dure. Après un long soupir qui ce fit entendre dans toute la salle, je décidais de me mettre au boulot, même si je pense que cela ne serviarait à rien, vue que de mon point de vue, c'était largement inutile. Je pris alors une longue respiration avant de commencer, et de conté mon moral.

Eh bien pour tout vous dire, je ne suis pas une jeune fille très intéressant, à part peut être au niveau de mon comportement. En effet, je suis d'une nature calme et souriante, mais en quelques minutes je peux prendre un tout autres masques et devenir froide et sadique. Effectivement, comme je l'ai dit un peu plus haut, je suis une fille qui n'a pas peur du changement et du danger. *Allez, je m'incruste, je vais racontais un peu tiens* Elle adore l'aventure mais surtut la liberté. Elle n'aime pas se faire dicter sa conduite, mais ce qu'elle aime le plus c'est faire croire au autres qu'elles est une jeune femme innofensive. Elle prend un mal à plaisir à jouer son petit jeu, car au contraire elle est de nature sadique, enfin, quand elle le veut bien évidemment, elle adore se salir les mains, mais surtout elle à une particularité très prononcer, un caractère de cochon. Et oui, malgrès le faites qu'elle soit gentille, elle réponds toujours au gens et dès que l'on lui lance un défi, elle se sens obliger de prouver à celui-ci de quoi elle est capable, c'est ce qui fait son charmes. A part ça, elle est une jeune demoiselle social et adorant faire plaisir au autres, mais comme ont dit, méfiez vous des apparences, car les plus belles roses possèdent des épines redoutable. Elle adore aussi embêter le monde, mais surtout faire quelques blagues à certain, ninjas, sans pour autant faire honte à son village, elle est très discrète et se fait jamais coincée. Elle adore cependant prendre soin de son petit loup que son père adoptive lui à léguer avant sa mort, c'était l'une des seules personnes qu'elle est vraiment aimer et chéri. Pour elle sa a été une personne bienfaisante, mais quelques choses dans cet homme avait changer le comprtement de notre chere amie, elle était devenue plus méfiante et froide, mais cependant elle restait ouverte au suggestin des autres et avait beaucoup murie.

On peut dire que depuis qu'elle a grandie, elle a beaucoup muris grâce à certaine personne, d'ailleurs, elle se demande souvent comme elle aurait fait si elle n'avait pas eu tout ce monde pour l'aider, mais surtout pour lui faire oublier son passer, car dès que l'on lui parle de son passé, elle se met dans une colère noire et une sorte d'aura noire l'entoure, faisant intérargir en même temps quelques fouet d'eau. Elle réagis très mal dès que l'on parle de son passer ou allors qu'on lui demande, elle se renferme telle une huitre voulant cacher sont trésor, elle ne fait plus confiance a personne, elle est souvent seule, c'est d'ailleurs ce qui l'attriste, on la juge trop facilement, c'est pour ça qu'elle à un caractère assez spéciale.

[color]


Notre passé est sinistre, notre présent est invivable, heureusement que nous n'avons pas d'avenir.

(environ 30 lignes)


Himeko...Himeko.. Ouvre les yeux...Redresse-toi...Bats toi....HIMEKO

Cette douce voix qui la réconforte, une voix aussi calme et douce que du velours quelques chose qui disait de se réveiller, d'ouvrir les yeux. Elle avait mal, elle ne ressentais plus rien, ni peine, ni bonheur, mais juste une impression de trou noir énorme. Cette voix qui se répéter, elle l'entend toute les nuits, elle s'en rappel pas, c'est comme si on connaissait quelqu'un mais qu'on arrivait pas à trouver qui sait.
Elle sentait une douce brise, une odeur de fleur, une exquise sensation qu'elle venait juste de découvrir, les yeux s'ouvrir petit à petit, découvrant une pièce obscur, sans lumière, à par peut-être un petit rayon lumineux traversant une sorte de porte en bois. Il faisait tellement sombre dans cette endroit, elle ne se souvenait de rien, du pourquoi au comment elle en est arrivé ici. Même quand elle essayait de s'en rappeler, le seul souvenir qui lui revenait c'était une des voix, une voix masculine et une féminine, mais cette voix, elle l'avait déjà entendu quelques parts, une voix si réconfortante, elle ne pouvait l'oublier, si seulement elle s'avait où elle était.
Mais avant ça, retournons en arrière, précisément lorsque notre jeune Himeko venait de naître, il y a 17 ans.


Chapitre I- La vie n'est qu'un long rêve dont la mort nous reveille.

La vie, qu'elle belle chose, la sensation de bien-être et de bonheur en ressentant le bienfait de notre venue, ça c'est quelques choses d'unique. Pourtant, quelques fois cette sensation n'est pas accepté, on regrette souvent d'être née, cependant, Himeko était différente, elle était heureuse de faire honneur à sa famille, car notre jeune protagoniste est née dans une des familles, enfin plutôt dans un clan, le clan Maeda. La journée où elle est née, la neige tomber sur la village situer pas très loin du Pays de la Neige. En cette période, l'hiver était très froide et la plupart du temps, tout ce qui était ruelle et toit de maison sont recouvert d'un froid manteau de neige d'une couleur du désespoir. Ses parents étaient tellement heureux d'avoir une jeune héritière pour reprendre le flambeaux, mais ce qui ne savait pas, c'était qu'un événement tragique viendrait frappée la famille si calme et aimé dans le village.

C'est parents était des gens très connues dans le village, ils aidaient souvent les malades ou bien les blesser de mission en leurs donnant les premiers soin, mais aussi en faisant des miracle. Ils étaient comme on peut dire des guérisseur. Ils voulaient éduquer leur fille dans le même environnement que le leurs, et lui apprendre comme utiliser son dons pour sauver des vie. Bien évidemment elle était encore toute jeune notre chère Himeko, mais pas pour ses parents car l'art de guérir, sa s'apprend très petit. C'est ainsi que notre jeune demoiselle commença à apprendre, même si cela était très dure, elle s'y donner à fond pour ne pas décevoir c'est parents qui était très fière d'elle. Pourtant, sans s'en apercevoir, ils perdaient leur fille petit à petit, elle n'avait pas de vie à part sa famille et quelques amis, elle était souvent seule et les seule proche qui l'approchait ne voulait utiliser que son dons pour leur fait personnelle. C'est pourquoi, le jours de son 7ème anniversaire, ses parents décidèrent pour la première fois de faire une pause et d'aller s'amuser dehors, en famille, chose qui était très rare dans leur clan.

Cette nuit, Himeko aurait put sans rappeler toute sa vie, il faisait sombre et on pouvait apercevoir une pleine lune de couleur rouge, notre jeune Himeko venait d'avoir maintenant 7 ans et elle vagabondait dans les ruelles du pays de la neige, car en effet, la jeune Maeda était née dans le pays où ils faisaient le plus souvent froid. D'ailleurs, le jours tragique de ses 7 ans, il faisait très froid et de la neige d'un blanc pure tomber sur les pavés devenant de plus en plus blanc. Elle portait sur elle un petit blouson de couleur marron foncer avec de la laine blanche au niveau du col et des moufles noires assorties à des caches-oreilles. On peut dire qu'elle était très exister à l'idée de faire ses premiers pas dans la neiges en compagnie de sa tendre mère et de son cher père qui jamais auparavant ne serait sortis avec leur fille. Elle vagabondais entre les petites ruelles du villages, faisant peur à ses parents et sautant dans les bras de ceux qui l'avaient mis au monde. Pendant ses premier jours, ses parents l'avait bercer dans une mélodie aussi douce qu'une berceuse, relatant les exploit de ceux qui avait à l'époque sauver des vies. Pendant toute son enfance elle avait été bercer dans la pureté et l'innocence de la vie extérieur, elle ne sortait jamais du village, elle ne s'aventurer jamais bien loin, j'avais même l'interdiction de jouer avec ses amis, enfin, c'était le bon vieux temps. Dès ses jeunes années, elle avait commencer à apprendre l'importance de prendre la succession du clan, qui était très important pour ses parents. Mais revenons plutôt à cette fameuse nuit de pleine lune, la jeune héritière jouer tranquillement devant ses parent lorsqu'un vent assez violent vint s'abattre sur la jeune fille, faisant voler autour d'elle un vent mélant neige et une douce odeur venant lui chatouiller la narine. Elle senti soudain des bras s'enrouler autour d'elle et la tirait du mauvais coté, à l'opposé de ses parents. Elle se débattait la petite, elle ne voulait pas se laisser voler comme ça, elle voulait encore rester avec ses parents. Malheureusement, la seule chose qu'elle se souvint se fut les cris de ses parents et des taches de sang dans la neige, venant souillé la blancheur et la pureté du lieu.

"Mamannnnnnnnnnnnn, Papaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa"

Ce fut les derniers mots prononçait par Himeko avant de disparaitre sous les yeux de ses parents, attristé mais aussi légérement détruit par sa disparition. Elle ne savait plus ou elle en était, elle était perdu dans un océan de noirceur et d'obscurité.

Lorsqu'elle se réveilla enfin, elle était dans un endroit sombre, le seul souvenir qui lui restait c'était des cris et une voix qu'elle entendait pendant son sommeille. Elle savait pas du tout pourquoi elle était là, mais surtout comment cela ce faisait-il. Himeko était pourtant une jeune fille normal, comme les autres, à part le fait qu'elle vienne d'un clan. Toutes ses idée se bousculèrent dans sa tête, pourtant, elle ne se rappeller plus de l'important, est ce qu'elle avait des parents ? Ou habitait-elle ? Toute ses questions sans réponses bouleverser notre jeune ninja, voulant se rappeler de ça, ne voulant pas oublier. Elle continuais de fixer la pièce, espérant trouver un endroit voir quelques choses pour l'aider, pour sortir de se pétrin, mais rien, aucune issu. Quelques larmes coulèrent le long de ses joues, tant d'espoir réduit à néant en même pas quelques instant, elle était perdu dans un lieu qu'elle ne connaissait même pas elle voulu se sécher les larmes, mais elle ne pouvait pas, elle avait les mains lier derrière le dos, qui étaient eux même attacher à une sorte de poutre métallique. C'était fini, elle allait finir comme les autres gens, tuer voir pire, mais elle ne voulait pas y penser, elle voulait oublier tout ça et mourir, mais ses pensées furent interrompu par la venue de quelqu'un dans cette pièce sombre. Elle fut éblouis par la lumière pendant quelques instant avant d'apercevoir une silhouette se rapprochant dangereusement d'elle et soudain, quelques chose fut mis devant elle avec un rire sinistre.


"Mange, tu en aura besoin pour la suite jeune esclave."
"Re...Relacher moi..."

Pas de réponse, seulement un rire sombre et plus rien, la porte se referma, laissant derrière une douce et enivrante odeur de nourriture alléchante. L'odeur lui donnait envie de manger, mais elle avait peur et la peur gagner de plus en plus de place dans son coeur, elle ne voulait plus rester ici, mais elle ne pouvait s'échapper, du moins pour le moment. Elle se baissa alors légèrement et commença à manger avec peine, en faisant cependant attention à ne pas en faire tomber, mais surtout en laissant tomber quelques goutte le long de ses joues. pourquoi l'avoir voler à sa famille, enfin si elle en avait une, Elle était si jeune, 7 ans, c'est triste de se faire kidnapper aussi jeune. Les minutes défilèrent et le sinistre personnage revint, prenant la plateau et repartant aussitôt, sans un mot, sans rien dire, mais bizarrement laissa la porte ouverte. Elle continuait de regarder par la porte, essayant de se faire la lumière qui envahissait de plus en plus la salle. Après quelques instant, une autre ombre arriva et lui jeta des vêtement devant elle, un regards sévère et bizarrement content.

"Change toi, vite"

Himeko le regarda un instant avant de le voir la détacher et ressortir en fermant la porte derrière lui. On peut dire qu'elle aurait pu s'évader, mais elle était tellement tétaniser qu'elle ne bougea pas pendant un moment et fini par se changer, enfilant la tenue que l'on lui avait donner. Après quelques minutes, la porte se rouvris et on la pris par le bras pour l'emmener dehors, était-elle enfin libre ? Ou alors lui réservait-on encore un autre sort encore pire.

Chapitre 2: Dieu fit la liberté, l'homme a fait l'esclavage.


Pour la première fois depuis qu'Himeko avait été kidnapper, Elle voyait enfin la lumière du jour, une lumière si douce et chaude en même temps. Malheureusement elle 'n'était pas dehors mais encore à l'intérieur avec devant elle plein de table et de jeune gens qui buvaient dessus. La jeune héritière regarda tout le monde et voulu se mettre à reculer, sauf qu'elle ne pouvait pas, elle était bloquer et le monsieur qui le planter ses griffe sur son poignet la poussa vers le comptoir, me faisant signe de me mettre au travaille. C'est ainsi que le travaille commença dans le batiment, elle remarquait aussi quand regardant un peu partout dans la salle, d'autre jeune filles était là, toute aussi jeunes qu'elles et faisant ce qu'elle pouvait pour ne pas se faire tuer, voir pire. Les années défilèrent et Himeko venait maintenant d'avoir 11 ans, certaine jeune fille qui était là dès qu'elle était là avait disparue et elle ne les avaient plus jamais revue. Ce fameux jours, notre jeune protagoniste était en train de servir les client lorsque l'un d'eux, ayant un peu trop bu, se mit à toucher les fesses d'une de ses rares amies ici. Prenant un plateau, elle se dirigeait vers eux, serrant le plateau de toutes ses forces et en priant très fort, elle s'arrêtais devant eux et après avoir pousser légérement son amie, elle donna un grand coup de plateau sur la tête du buveur, en le faisant tombe par terre et fait signe à sa collègue de partir.

"Part vite Shimie, vite avant qu'ils arrivent"
"Mais et toi Mimiko ?"
"T'en fais pas pour moi....file vite..."

Une fois être sure qu'elle était partie, elle continua à donner des coup de plateau sur la tête du malfrat avant de se faire arrêter avec un main sur la gorge et on la recula violemment et lui faisant lacher le plateau. Le gérant n'était pas très content de ce qu'elle avait fait et il m'emmenais alors dans ma cellule, m'y jetant avec force et colère. Il referma quelques instant plus tard la porte et je me retrouvais enfermé pendant un bon moment, tel était la punition lorsque l'on faisait quelques choses qui n'allait pas au yeux du gérant. Voila comment elle était puni, sa pouvait être pire quelques fois, elles pouvaient être punis de manger, de boire, voir pire, mais bon, la pauvre Himeko s'y faisait à la longue. Elle restait alors coinçé dans le "cachots" pendant deux jours et lorsqu'elle en sortit enfin, tout avait changer, enfin, tout pas vraiment. Il y avait de nouvelles jeunes filles, mais aussi des hommes de plus en plus vieux et des jeunes. La jeune héritière regardait un moment la salle avant de se faire crier dessus pour se mettre au boulot. Hésitant un moment, elle décidait de commencer son service sans rochigner et en ne faisant attention au sifflement que certaines personnes lui faisaient. Tout ce passa bien pendant quelques jours, aucun problème n'étaient intervenue, ce qui détendait légérement l'atmosphère et rendait l'ambiance un peu mieux, elle avait même réussi à se faire des amies géniales, elle savait qu'elle pouvait compter sur elle. Malheureusement, cette paix attitude se transforma littéralement en bain de sang, car oui, la situation dégénéra en même pas quelques instant. L'une des amies de notre jeune protagoniste venait de se faire toucher les fesses à plusieurs reprise et cela aller de plus en plus loin, la jeune fille au bandeau regardait la scène avec dégut et au moment où elle voulaut intervenir, quelqu'un lui saisit le bras et l'emmenait brutalement dans un endroit fermé, mais qui avait l'air peut commode. Elle découvrit alors que celui qui venait de l'enlever n'était autres que Shoki, l'un de ses meilleurs amis, mais aussi le fils indigne du gérant. Les yeux grand ouvert, Himeko le regardait avec une saorte de douleur dans le regards, elle ne comprenait pas ce qui se passer, mais dans son plus grand malheur, elle le découvrit assez tôt car le jeune homme sauta à moitier sur elle puis commença doucement à lui enlever son haut en lui embrassant le cou et le bout de ses lèvres. Elle n'en crut pas ses yeux mais commença déjà à essayer de le repousser avec toute ses forces, mais celui-ci était beaucoup trop fort. Les larmes coulèrent le long de ses joues, elle voulait tellement se libérer de cette emprise, mais comment faire...Lorsque soudain, en tatant le lit, elle tomba sur une sorte de ciseaux, quoi de plus beaux, elle s'empressa de le prendre de ses mains et l'enfonça la ou elle le pouvait, c'est à dire dans son cou. Seulement, même si Himeko recommençait encore et encore se geste, il restait encore debout et elle se retrouva vite avec du sang sur les mains. Un torrent de larmes continuèrent de coulaient le long de ses joues lorsque soudain le jeune bandit tomba à cotés d'elle, une grosse tâches de sang sur son dos et la silouhette de quelqu'un qu'elle connaissait, Shimie, celle qu'elle avait protégée d'un viol. Un léger sourire apparu sur le visage de l'héritière pendant qu'elle se relever, les mains pleines de sang et sécha les larmes d'un revers de la main. Regardant son ancien meilleurs amis, elle laissa un léger sourire triste s'afficher sur son visage avant de suivre Shimi qui la guida dehors et pour la première fois de sa vit, elle fut illuminer par la lumière de dehors, une lumière aussi chaude q'un bon bol chaud. Elle avait beaucoup maigris pendant son emprissonnement, elle ne mangeait et buvait pas beaucoup mais au moins elle était en vie, et cela était vraiment l'essentiel car elle pourrait enfin retrouvé tout ce qu'elle avait perdu, enfin, si elle le retrouver un jour. Pourtant, même si elle venait enfin d'être libérer, elle ne pouvait s'empêcher de vouloir savoir la vérité sur ce qu'il c'était passée. C'est pourquoi une fois s'être habiller normalement avec une tenue plus confortable et moulante, elle se dirigeait vers la jeune demoiselle avant d elui poser un peu doucement.

"Escusez...Escuse moi Shimie, comment as tu fait pour nous libérait ? Et pourquoi tu ne ma rien fait alors que les autres sont griévement blesser ?"

Pendant un instant, Himeko crut voir dans son regards un honce de tristesse voir même de la peine, mais ce petit morceau disparu très vite. Laissant derrière lui un sourire légérement sadique avant de me répondre d'une voix vraiment trop douce

"Eh bien, Je t'est toujours admiré, tu as été tellement courageuse lorsque tu ma aidée et encore, ce n'est que la moitier de ce que je trouve géniale chez toi. Sans t'en rendre compte, tu est devenue l'une de mes plus proche amie, je te considère comme la soeur que je n'ai jamais eu."

Face à ses belle parole, Elle ne put retenir ses larmes et lui sauta au coup en la serrant très fort contre elle, laissant couler les larmes qu'elle avaient trop longtemps garder au fond d'elle. Pendant toute ses années, la jeune héritière de la famille Maeda avait était exploiter, maltraité mais aussi blesser grièvement, pour la première fois elle était heureuse d'être sortit de cette endroit et de rester avec sa nouvelle amie.

Après la libération de notre jeune ninjas, elle se décidait enfin à reprendre ses études, enfin reprendre...Commencer des études de ninjas, elle avait maintenant 12 ans depuis la libération et elle devenait de plus en plus forte depuis son intégrations il y a 1 ans. Elle avait aussi découverte son affinité, le Suiton avec un petit morceau de feuilles qui était devenue humide au contact de son chakra. La jeune héritière, malgrès les nombreux danger, continua ses missions jusqu'a la réussir, elle n'abanonnait jamais fasse au défis, mais surtout, elle allait enfin rencontrer son père et sa mère dans un petit restaurant de la ville de Kiri, très loin de là où elle habitait.

Mais avant de vous racontez sa rencontre avec ses parents, laisser moi vous contez une petite période de son enfermement, la plus tragique à mes yeux en temps que narratrice de l'héritière Maeda.

Chapitre 3: Pour connaître le vrai sens de la vie, l'homme doit souffrir [FlashBack raconter par Himeko]


C'était une journée comme les autres en ce premier jour de Printemps et Shoki, le fils du gérant venait nous donner nos tenue nouvelle tenue, des tenue légérement trop sexy. D'ailleurs lorsque je l'avais mise, je m'était senti très mal à l'aise, je me sentais vraiment trop dénudé, mais ce n'était que moi. Je regardais alors dans un mirroir ma tenue et je soupirais légérement, comment pouvait-on porter quelques chose comme ça. En me regardant une dernière fois, je me dirigeais alors à contre coeur dans la salle et remarqua tout les regards vers moi, un regards que je n'aimais pas du tout, car celui-ci me mettais vraiment mal à l'aise. Je rejoignis alors Shimie, l'une de mes amie qui était tout ce qui me restais dans ce monde, je ne me souvenais de rien, mon passais, mon avenir, je ne savais plus rien. La seule chose que je me rappel encore 'est les voix, les deux voix que j'entends tout le long de la nuit, elles envahissent mes rêves, mes pensées sans jamais réussir à arrêter d'y penser. Plus j'y pensais, plus je n'arrivais à les oubliaient, je savais que j'avais des parents quelques part, mais où ? cela était la question que je me posais depuis un moment. Je fus sorti de mes réveries par Biska, ma deuxième amie qui venait me dire que j'avais une table à servir, à cette époque, j'avais un oeil de différente couleur, ce qui faisait de moi une personne un peu spéciale, d'après Shimie, cette oeil serait un héritage de ma famille, une preuve que je ne suis pas une fille de n'importe qui, mais une fille d'une famille extraordinaire. En entendant c'est quelques mots, un sourire se forma sur mes lèvres, je venais de retrouver un nouvelle objectif, retrouver mes parents et mon passé e même temps. C'est comme ça que je commençais à servir les clients au fur et à mesure, dans la bonne humeur d'un rare moment. Je n'avais jamais ressenti une telle humeur depuis que je suis ici, personne ne me parlais avant, tout le monde m'ignorais car j'étais nouvelle et ne savait pas ce qui m'attendais, mais depuis pas mal de temps j'avais compris et j'avais changer. J'étais devenue plus sure de moi, plus sombre et moins gentille qu'avant, je sortirais d'ici, cela était devenu l'un de mes objectif.

"Shimie, il reste encore des clients ? Et ou est passer Biska, je ne la trouve pas..."
"Il ne reste plus qu'un client et....Biska et avec..."
"Nan, c'est pas vrai..Biskaaaaa."
"Reste ici Mimiko..."

Je voulus partir la voir, la sortir de là, mais Shimie me serrais trop fort contre elle, je ne voulais pas la voir partir, mais surtout, je ne savais pas ce qui se passer. Après un moment de silence, j'entendis un grand cris pendant que je faissait le balayage de la salle. Ma collègue n'eut pas le temps de lacher ce qu'elle tenait, que j'étais déjà partis vers la pièce où le bruit c'était entendu et lorsque j'ouvris la porte, je fus tellement choqué par la scène que je tomba sur mes genoux, la main sur ma bouche. Du sang, beaucoup de sang par terre, sur le lit, sur les mur...Partout, une odeur horrible envahissait la pièce tandis qu'une silhouette se retourna vers moi, un regards et du sang sur lui. Je ne pouvais bouger, j'étais comme pétrifier, je ne pouvais en croire mes yeux, comment avait-il pu faire ça. Soudain je le vit se lever et se diriger ver smoi, un regards vicieux et un sourire aussi diabolique que ceux que je vois d'habitude. Je reculais alors, longeant le mur et en me relevant saisit le sabre accroché au mur et le sortis de son fourreau, le tendant vers l'homme impur en tremblant légérement. J'entendis alors son rire pendant qu'il continuait de se rapprocher dangeureusement de moi.

"Lache ça petite, tu ne sait pas t'en servir"

Malheureusement pour lui, il me sous estimez, je fonçais alors sur lui en mode attaque, le voyant éviter je me retourna et voulu lui enfoncer le sabre dans le dos, le problème c'est qu'il m'intercepta et en prenant une armes tranchante il me fis une longue entaille au niveau de mon oeil, heureusement pour moi, j'avais réussi à fermer l'oeil et me reculais, laissant juste une entaille de moyenne importanc, faisant cependant couler le sang le long de celui-ci. Je mis ma main sur l'oeil, ayant vraiment mal et lorsque je l'enleva, je vis du sang sur ma main, il m'avait souillé avec mon propres sang. Je regardais ma main un moment avant de me remettre en position et de lui faire signe d'approcher. Le voyant foncer sur moi, j'esquivais c'est coup de justesse et attaqua de nouveau en lui enfonçant le sabre de le bras. Un léger sourire apparu sur mon visage légérement recouvert de sang et celui ci me donna un coup de kunai dans le bras, me faisant lacher prise avec mon épée. J'avais maintenant le bras en sang à cause d'une légère entaille au bras et je continuais cependant de me battre, voulant venger la mort de mon amie. Le combat dura un moment avant que par surprise je lui enfonce le sabre en plein dans son coeur, le faisant tomber dans un fracas horrible. Je me retournais alors, me dirigeant vers la chambre et après quelques minutes d'hésitation, je finis par y rentrer et m'approchais de la silhouette sur le lit, découvrant alors le carnage, ma meilleur amie était en sang, le gorge trancher et les poignet attachés. Je mis alors un genoux sur le lit, la regardant et retins les larmes autant que je le pouvait, fermant les yeux de mon ancienne amie, et l'embrassa sur le front. Je lui serra alors la main, ne voulant plus la lacher, je regardais alors son visage si paisible malgrès la mort qu'elle venait d'avoir et lorsque j'entendis des bruits de pas, je vis que c'était Shimie qui venait me prendre par les épaules, faisant la forte mais retenant aussi ses larmes.

Depuis l'accident, Moi est Shimie avont était sous la protection du fils du propriétaire, essayant de nous faire oublier l'accident, enfin le meurtre. Malheureusement pour lui, il était hors de question que j'oublie, j'étais sur mes gardes à présent et faisait attention à ce qui se passer. Après ce jours, plus rien d'autres c'était produit, aucun meurtre ni accident. Malheureusement pour moi, j'avais gagner une cicatrice à vis et une bandage à la main.

Chapitre 4: Qui a raté ses adieux ne peut attendre grand-chose de ses retrouvailles


Cela faisait maintenant 5 ans qu'elle venait d'être libérée et elle vivait maintenant avec Shimie dans sa petite demeure à Kiri, car oui, elle habitait chez celle qui l'avait sauvée, enfin plutôt, chez celle qui l'avait sauver. Elle avait passée de très bons moment en sa compagnie car effectivement, grâce à elle à a pue reprendre ses études pour devenir Ninja. Notre petite protagoniste avait enfin la vie qu'elle avait toujours rêver, enfin presque car il lui manquer encore quelques chose, quelques chose de plus important que l'amitier, la famille. Pendant ce laps de temps, elle c'était entraîner comme une folle pour devenir ce qu'elle était maintenant, un Gennin sans village, qu'elle ironie n'est ce pas ? Elle faisait toujours des missions avec Shimie, mais sans gagner quelques chose, elle l'aider du mieux qu'elle le pouvait. C'est ainsi que le jours de son 16 ème anniversaire, elle reçus un message de ses parents, voulant la voir dans le petit restaurant de Kiri qui est très souvent occuper par des ninja revenant de mission. A cette missive, elle en fut profondément ému, d'ailleurs sa meilleur amie était contente pour elle, car elle allait enfin savoir son passé mais surtout revoir ceux qu'y l'avait mis au monde. C'est alors dans une journée de soleil et dans la joie qu'elle se prépara et se dirigea à petit pas presser vers le fameux restaurant, ayant vraiment hâte de les revoir, ils seraient très heureux de voir ce qu'elle est devenu depuis tout ce temps. Himeko traversa alors des dizaine de ruelle avant d'arriver à destination et de voir deux personnes dans le restaurant, ils étaient si jeune. Un peu hésitante elle finit par rentrer et fut accueilli par des pleure et des larmes, des larmes de joies se mirent alors à couler le long de ses joues, la rendant pendant un instant la petite fille insouciante et naive.

"Ma chère fille, comme tu ma tellement manquer, tu as changer depuis ton enfance, j'en suis heureuse."
"Maman, cela fait si longtemps que j'attends ce moment, je suis contente de vous revoir en pleine forme."

De léger éclats de rire se fit entendre dans le restaurant, mais pas des rire de moquerie, des rire de bien être et de jouissance. Cette retrouvailles, elle en avait rêver toute les nuit, la façon de parler, mais aussi les gestes et les souvenir, elle voulait tout savoir, tout les détaille de sa vie passer. Ils parlèrent pendant des heures et lorsque ce fut le temps de se quitter, elle fut interloqué par quelques chose d'étrange, pendant toute la conversation, ils ne l'avaient pas regarder une seule fois. Intriguée par cette remarque, elle les regarda une dernière fois avant de remarquait la supercherie, ce n'était pas ses parents, elle le sentait à présent, elle se rappeler du parfum de sa mère et cette femme, ce n'était pas sa mère. Regardant la dame en face d'elle, la jeune héritière se recula un instant, trouvant aussi qu'elle parlait trop de son enfermement, mais surtout, ils savaient quelques choses que elle même ne savait pas, là où elle avait été enfermé.

"Vous...vous n'êtes pas mes parents...Qui êtes vous en fin de compte."
"Mais ma chérie, c'est nous, tu te rappel pas des bons moments passaient avec nous ?"
"Qui êtes vous usurpateur ?"

Tout à coup, le visage de ce que je considérer comme ma famille changea du tout au tout. elle remarquait que leurs visage était devenue soudainement plus sombre et froid, ils sortir alors les armes et la pauvre n'eut pas le temps de sortir son épée qu'elle fus propulser en arrière, droit dans le mur. Pendant un instant Himeko fut légèrement sonné et lorsqu'elle se relevais enfin, elle vit qui était en réalité ceux qui se faisait passer pour ses parents, ils étaient soudainement si différent. S'appuyant contre le mur pour ne pas vacillait, elle sortit enfin son épée et tout en gardant son sang froid, elle réfléchis à une stratégie, mais d'abords, il fallait faire évacuer le restaurant. D'une voix froide et autoritaire, elle criait avec son entêtement habituelle.

"Sortez, vite"

Himeko n'eut pas le temps de finir ma phrase que tout le monde était partis en la laissant derrière eux des encouragement. Personnes ne viendraient à son aide, elle devrait donc se sortir de se pétrin toute seule. Elle se mit alors en garde et regardait les inconnus dans les yeux avant de foncer vers eux et de réapparaitre juste derrière, mettant sa lame dans le dos de la jeune femme, il était hors de question qu'elle se laisse faire, elle se battrait même si elle devrait y laisser la vie. Le combat dura très longtemps, des deux côtés il y avait des blessures, tous le monde étaient grièvement blesser mais continuer à se battre, la jeune héritière fut à bout de souffle, elle n'arrivait plus à tenir droite, elle ne pas très bien, mais pouvait encore se battre, il était hors de question d'abandonner et de les laissaient partir après ce qu'il venait de faire.



Revenir en haut Aller en bas
 
Si tu veux pouvoir supporter la vie, sois prêt à accepter la mort ! [en cours]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Si tu veux pouvoir supporter la vie, sois prêt à accepter la mort ! [en cours]
» freud . si tu veux pouvoir supporter la vie, sois prêt à accepter la mort
» Si tu veux l’arc-en-ciel, tu dois supporter la pluie [Steve]
» Abstracly, tu es celle avec qui je veux partager ma vie..[ Abstracly]
» Les magistrats du Parquet, membres du pouvoir exécutif ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ninja No Yume  :: A Garder-
Sauter vers: