Ninja No Yume
en cours



 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Daemon, la rebellion. [ Trahir ou être trahi ] [ 100% ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Daemon

avatar

Messages : 1
Date d'inscription : 13/09/2012

Feuille de personnage
Expérience:
0/0  (0/0)
Jutsus:

MessageSujet: Daemon, la rebellion. [ Trahir ou être trahi ] [ 100% ]   Ven 14 Sep - 18:23


|-Daemon, la rebellion-|






|- Nom -> Spade, Daemon Spade. Seul(e) une autre personne dans ce monde est au courant.
|- Prenom -> Daemon qui est un dérivé du mot Démon.
|- Age -> 18 ans
|- Sexe -> ♂
|- Village ou Organisation -> Kirigakure no Satô
|- Grade -> Mizukage du village de la brume.
|- Affinité souhaité -> Katon, Fûton, Raiton + maîtrise du verre en kekkei genkei.
|- Code de validation -> Validé par la talentueuse Sanae


Etre ..




[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Le physique.. Certainement l'une des choses sur laquelle on se base le plus souvent. La brume noire teint sur les nuages lors du crépuscule n'est enfaîte que le reflet de mes cheveux, ainsi que de ma grandeur, sur les cieux, dieux et démons admirent mes faits, en saisissent l'importance pour finalement, m'imiter. Mon imposante chevelure brune, sombre à souhait, descend le long de mon visage pour l'encadrer, tel un artiste qui encadre une de ses plus belles œuvres d'arts, ma tignasse cache légèrement mes yeux..violet . Vous avez bien lu, violet clair même, lumineux, le genre de violet qui vous poursuit même dans vos rêves les plus fous, qu'importe que vous rêviez de domination ou d'amour, mes yeux vous poursuivront. Les traits impassibles de mon visage vous montreront l'horreur qu'est la peur, la beauté de mon visage, ce qu'est la magnificence. Comment ne pas me trouvez beau, rien qu'entre apercevoir mes traits vous provoqueriez plus de sensation qu'autre chose. La beauté du démon ou celle de l'ange ? Moi-même, je n'en ait aucune idée. Ce qui est sûr, c'est que je fais partie de l'entre deux, va savoir si je ne suis pas la progéniture d'un dieu.., divinité de la beauté surement. Plus nous descendons, plus nous .. Suivons les courbes de l'ange, plus nous tombons amoureux de son corps divin. Les courbes fines dévoilent des muscles fins, surement tant que vous ne pourrez jamais plus vous dire muscler. Ce que vous ignorez c'est que la protection qui couvre mon corps telle une couverture faite d'un métal des plus précieux. Ayant trop de chakra et participant à trop peu de combat, mon idée la plus .. Incroyable a été de me faire une armure avec mon essence vitale. Une armure si fine qu'on ne dirait guère plus qu'un simple habit.

Malheureusement, cette armure fait de nombreuses veines noires n'est pas encore fini, si bien qu'elle ne couvre que le côté gauche de mon corps, le côté droit n'est.. qu'une cape de Shinigami. Peut être ne suis - je t'enfaîte que le fils du dieu de la mort. C'est tous de suite beaucoup plus plausible, la beauté de l'assassin, cette beauté divine que l'on ne voit que la journée. Le corps du grand arbre de Konoha n'est fait que de muscle, pas un seul gramme de graisse due aux entraînements intensifs nombreux auxquels il a dû survivre. Dur la vie, seulement, ma vie m'a bâti, elle a bâti l'une des plus grandes entités qui n'a jamais existé, une entité qui se nommerait dieu si jamais nous n'avons pas eu autant de problèmes avec ce mot-là. La dame nuptiale ne peut que m'accepter, qu'importe, ce que la première personne qui me voit pour la première fois remarquera c'est le Ying & le Yang. Pourquoi ? Tous simplement, car la partie gauche de mon corps fait peur, elle impose le respect, tandis que celle du côté droit donne envie. Le buste de cette dite entité est fine tel un oiseau, abdominaux & pectoraux transpirant l'effort fournis pour les obtenir. Ils feraient pâlir de jalousie toute personne suffisamment observatrices pour pouvoir les voir à travers ses fins habits. Des bras invisibles, cachés par la beauté de son corps tout entier, musclé, mais si fin qu'on ne pourrait jamais imaginer tout ce qu'il pourrait faire avec ceux-ci. Surement recouvert, pour le côté gauche, de fin tissu noirâtre ou grisâtre qui change totalement la perception pour de la peur. Sinon, on peut percevoir une faible touffe noire comme la nuit juste avant son poignet et des ongles légèrement .. Imposants. Ses jambes que l'on pourrait presque comparer à ses bras sont tout aussi invisible, seulement, cette fois-ci caché par la cape qui descendait jusqu'à ses chevilles qui sont, quant à elle, recouvert par les habituelles sandales ninja bleus.





... Ou ne pas être.




[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

Tous comme son physique, son mental est spéciale, très .. Comme quelques choses qui approchent doucement, silencieusement et .. Sensuellement. La mort par exemple. La folie n'est qu'un problème parmi tant d'autre, certain diront que c'est quelqu'un de meurtri par le passé, d'autre .. D'andouille. Certes, c'est possible, même presque vrai. Il ne manque pas d'ambition, chose sur et certaine. L'ambition, c'est comme la dépendance, l'adrénaline, l'envie, quand on réussit une fois, quand on aime, quand on envie, on doit tous faire pour avoir ce que l'on veut, pour faire ce que l'on veut. Est-ce quelqu'un de mauvais ? Qu'est le mal ? C'est surement beaucoup plus mal à définir que tout le reste. Cependant, on peut dire qu'il n'est pas mauvais, c'est un bon gars. Il rêve pour les autres, il œuvre pour les autres, vie pour les autres, tout ce qu'il fait ce n'est pas souvent pour lui. Enfin, comme tous ninja qui se respecte, il sauve sa vie. Peut être vous êtes-vous apitoyé sur son sort, il ne le mérite, devrais - je dire "je" ? Enfin, le sang, liquide impure magnifique, tout ce que j'aime, le sang suffit pour me rendre fou, je suis fou. Le combat c'est ma vie, sans combat, ne comptez pas sur moi pour aller quelque part.

On dit que chaque être possède son Ying, son Yang. Peut être, sauf que moi.. *rire* Je suis mon Yang, je suis mon Ying. Je ne suis pas fou, je sais tous simplement ce que j'ai à faire, ce que je dois faire. L'amour est proscrit, je suis un ninja, j'ai choisi de ne pas avoir de vie pour ne pas embêter ma famille. Noble raison. Fou sont ceux qui croient que nous leurs interdisons cela pour le plaisir. La luxure et autre ? Toujours proscrit par le règlement, des sentiments ? Pourquoi faire, mise à part des alliées, nous ne pouvons compter ni sur l'ami, ni sur la famille, ils vous laisseront crever pour sauver leurs vies ! Je ne suis pas sans coeur, mais pour moi, le monde doit avancer, je serai le précurseur de ce monde nouveau. Commençons par détruire Akatsuki et compagnie, cette organisation est une atteinte à la paix et je me charge moi - même de ces ennuies. Impassible et attentif, surement deux des grands adjectifs permettant de me décrire précisément, nous pouvons ajouter à cela .. Observateur et réfléchie .. Puissant ! Surtout puissant, ambitieux aussi. Tant de mot pour une seul et même personne, même Madara aurait pâlie devant moi, les clans Ninjas ne se seraient jamais entre - tuer. Peut être devrais - je faire philosophe ? Un livre sur toute une vie, si petit rendu pour tout ce que je compte faire. Enfin, pour finir cette description en beauté, parlons plus précisément de mes ambitions. Mise à part un monde de paix, je veux un arbre resplendissant, des racines solides, de l'eau et du soleil en abondance. Mon visage doit être celui qui éclaire le monde des Shinobis, mon nom doit rester dans les livres d'histoires, doit être citer lorsque tout va mal par un " est - ce que Jigoku aurait renoncé ? ". Je rêve de gloire, de gloire éternelle. Le chiffre sept doit être celui que l'on retient, celui qui fait peur aux autres. J'ai oublié.. La famille Spade, je veux que les Spade soient tous puissant, je veux pouvoir donner mon poste à mon descendant, laisser Konoha entre de bonnes mains.





Lorsque la paix ne peut être obtenu que par la guerre ..
Alors nous faisons la guerre.




[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

Chapitre I : La création d'un être divin.

Tout a commencé un jour d'été. Un simple jour d'été, où la température était plus que glaciale. Un jour où le vent soufflait et où les flocons tombaient sans s'arrêter. Un jour qui marqua les esprits du clan des Spade car ce fût la naissance de leur premier descendant. On fonda de grands espoirs sur lui, on le destinait à de grandes choses. Peut-être allait-il être celui qui apporterait la Rédemption aux six grandes Nations de l'époque ? Après tout, sa mère était une grande combattante, tout comme son père. Quoi de plus naturel que la réussite du fils, dans pareil cas ? Daemon serait donc un Shinobi que tous admirerait. Sa destinée semblait déjà toute tracée, dix-neuf ans auparavant. A cette époque, personne ne pensait qu'il serait bien loin d'être ce que l'on espérait. Notre jeune protagoniste avait tout pour lui : de l'attention, de l'amour, des jouets, des cadeaux, enfin bref il n'était franchement pas à plaindre, dans cette résidence de Yuki no Kuni. Alors pourquoi avait-il l'air si triste, derrière ses longues mèches qu'il refusait de couper ? Personne ne s'en rendait compte. Pourquoi l'auraient-ils voulu, d'ailleurs ? Pour eux, pour sa famille, pour ce clan où seul l'Avenir de ce petit comptait, son bonheur n'avait que peu d'importance en fin de compte. On pourrait penser qu'ils souhaitaient seulement soulager leur conscience, mais quand on connaît Atsuki Spade et Tomoe Spade ... C'est une toute autre histoire.


Il y a une vieille coutume chez cette vieille Famille, qui consiste à nommer Chef de Clan l'aîné des descendants lors de sa dix-huitième année d'existence. Un soir, alors que les actuels dirigeants s'étaient réunis pour en parler loin de leurs enfants, Daemon ne trouvait pas le sommeil. Il avait alors cherché sa mère. Quoi de plus naturel chez un jeune garçon de tout juste sept ans ? C'est donc en toute innocence qu'il avait surpris cette conversation, mais surtout qu'il l'avait comprise en partie. Enfin, ce qu'il avait surtout retenu c'était qu'il dirigerait tout le monde lors de la fameuse cérémonie. Etait-ce seulement ce à quoi il aspirait ? Il n'était qu'un gosse. Il ne pouvait pas concevoir tout ce que cela impliquait. Pas encore ... Il était bien trop jeune. Chaque fois qu'il en avait l'occasion, son père l'initiait aux enseignements ninja. Lancer basique de Shurikens, les différents mûdras, tout y passait. Depuis son plus jeune âge, le prodige était entraîné à devenir une machine à tuer.


« Jamais tu ne devras laisser d'ennemis vivre, disait son géniteur.
- Pourquoi, Père ? N'ont-ils pas le droit d'exister ? »

Non. Pour Atsuki Spade, les autres Shinobi n'avaient qu'une seule destinée : Mourir. S'utiliser mutuellement, voilà ce qu'ils faisaient, sauf qu'à la fin les autres mouraient souvent ... contrairement à un Spade. Mais son jeune fils n'était pas d'accord avec lui, après tout pourquoi est-ce que dans les livres, les héros ne tuaient pas leurs ennemis ? Il décida de ne pas en référer à son Père, de crainte de s'attirer ses foudres pour avoir osé douter de sa sainte parole. C'est ainsi que l'enfant se détourna du chemin tracé par ses Parents, privilégiant la paix au pouvoir et à la guerre. Qui aurait pu le remarquer ? Il n'était qu'un gosse, et personne n'écoute les gosses. Surtout pas des parents. Alors il jouait le jeu. Qu'est-ce que le contraire lui aurait fait gagner ? Rien du tout.


Il continua donc à vivre en entretenant l'illusion d'un enfant modèle, un enfant destiné à régner un jour sur le monde Shinobi. Bientôt, des frères et soeurs rejoignirent la fratrie, puis des cousins et des cousines. Que d'enfants destinés à servir leur noble famille ! Savaient-ils ? Avaient-ils la moindre idée de ce à quoi ils étaient prédestinés ? Peu importait. A cette époque, il fallut éduquer les plus jeunes, alors Daemon fût envoyé à la fameuse Académie Shinobi de Kiri Gakure no Satô, afin de parfaire son savoir. On ne lui enseigna pas les mêmes principes que son Père, ce qui ne l'étonnait guère. Il apprit les mêmes choses que dans les livres, cela le réconfortait de ne pas être seul à être comme cela. Il avait enfin trouvé sa place ... Oui, mais pour combien de temps ? Les années passaient à une telle vitesse ... Il obtînt son diplôme d'Aspirant de la Brume à l'âge de 8 ans, comme ses parents étaient fiers de leur progéniture ! Il devînt rapidement un modèle à suivre pour les plus jeunes de sa famille, qui souhaitaient lui ressembler en tout point. N'était-ce pas ça, être chef ? Il se devait d'être un exemple pour la communauté, ce qu'il réussissait brillamment sans le vouloir pour autant. C'est ainsi que débuta sa carrière en tant que Shinobi aspirant, il n'avait pour l'heure pas encore de Nindô mais cela ne saurait tarder.

« Tu es l'Avenir mon fils, disait Atsuki, tu bâtiras ton Empire sur les restes de ce monde. »

Les missions s'enchaînèrent, ne laissant aucun répit au fils dit "prodige". Son senseï l'entraîna très bien, satisfaisant l'élite des Spade. Ce fût avec lui qu'il apprit à maîtriser le Ninjutsu, aussi lui doit-il beaucoup. Daemon savait bien se faire aimer, comment pouvait-on ne pas fondre devant sa petite bouille d'intello avec ses cheveux trop longs ? Il était bien trop mignon et bien trop gentil pour ne pas se faire aimer. Les autres ne le détestaient pas malgré le fait qu'il était vraisemblablement le chouchou de leur professeur car le jeune garçon avait toujours su se faire accepter par les autres. Peu à peu, il se détacha de sa famille, ignorant les avertissements de ses parents. Lors de sa dixième année, il passa le test de Chûunin avec brio, ce qui permit à Atsuki de passer outre son comportement des dernières années. Daemon s'entraîna toujours plus, la pression augmentant constamment avec les interventions de son géniteur. Il finit enfin par avoir des élèves qu'il prit volontiers sous son aile. Il les forma durant quatre ans, les encourageant lorsqu'ils n'arrivaient pas à faire un exercice tout en leur disant d'être le plus réaliste possible, de ne jamais se faire bercer par les illusions. A l'aube de ses seize ans, on l'envoya en mission. Un renégat ayant vendu des informations à Yami Gakure no Satô avait été aperçu près de Yuki no Kuni, s'il réussissait à l'éliminer ou à le ramener à Kiri, il serait très certainement promu Anbû spécial ou même Oinin. Il abandonna donc ses élèves le temps d'accomplir son devoir. Cet homme se nommait Akemy Nazotoki, ancien Jûunin de Kiri maîtrisant l'un des arts secrets de Tetsu no Teitoku. Daemon ne connaissait alors pas cet étrange pouvoir qu'il possédait, et cela lui laissa un douloureux souvenir à l'origine de ses problèmes familiaux, enfin laissons les évènements se développer avant d'en exposer les conséquences.

C'était un jour tout à fait banal pour Daemon, il avait prévu d'entraîner ses jeunes élèves - qu'ils étaient mignons quand ils l'écoutaient expliquer l'exercice du jour - lorsque, se rendant au point de rendez-vous, il avait reçu le fameux ordre de mission cité au-dessus. Voyant Saya, sa plus jeune élève mais néanmoins la plus brillante, s'avancer vers lui à grands pas, il n'eût pas d'autre choix que de lui annoncer son départ précipité. L'adolescente, âgée seulement de quatorze ans, voulu tout naturellement l'accompagner, comment lui refuser ? Il fit prévenir ses deux autres élèves puis prit la route de Yuki no Kuni avec sa disciple, dans la joie et la bonne humeur, la demoiselle ne manquant pas de sujets de conversation. Le Jûnnin ne savait pas comment ils en étaient arrivés à parler de ça, mais la conversation tourna bien vite vers sa personne.

« Et sinon, Senseï, vous ne nous avez jamais dit quel était votre Nindô ?
- Mon ... Nindô ? fit-il, quelque peu désarçonné par cette question posée assez brutalement, il faut l'avouer. Ce n'est guère faux ... Tu le sauras bien assez tôt Saya.
- Mais ce n'est pas juste ! Je VEUX savoir ! »

Ils continuèrent à parler pendant quelques temps encore, Saya ne cessant de l'harceler pour savoir ce qui régissait sa vie toute entière tandis que Daemon était bien plus qu'amusé par la situation. Il aimait bien cette gamine, si pure et si innocente, elle lui ressemblait un peu lorsqu'on y pensait : même tempérament calme, même amour des livres ... Cela expliquait pourquoi elle était en quelques sortes sa préférée, nonobstant le fait que le chef d'équipe mettait tous ses disciples au même niveau sur le plan affectif. En voyant la jeune Saya sautiller dans tous les sens, là, juste devant lui, il ne pu s'empêcher de sourire : tout cela lui manquera fortement lorsqu'il prendra la tête du clan ... C'est-à-dire dans un jour exactement. Son regard distant et lointain dû attirer l'attention de son élève, car elle se pencha vers lui lorsqu'ils firent une pause à la frontière du pays de la Neige.

« Maître ? Vous rêvez ?
- Hmm ... Je réfléchissais, ne t'en fais pas. »

Sur ces bonnes paroles, Daemon se saisit de la Genin et la transporta dans l'un des lits de la chambre qu'il avait payé pour la nuit. Comme à l'accoutumée, il était très attentionné avec ses élèves, quoi de plus normal, surtout pour le dernier jour qu'il passait en sa compagnie ? Il lui souhaita bonne nuit, une petite lueur de tristesse dans le regard, puis passa la nuit à vérifier leurs équipements. Le lendemain, ils reprirent la route. Selon leurs informations, le déserteur se dirigeait vers le pays de l'Eau, ils devraient donc fatalement se croiser tôt ou tard. L'adolescent signala ce détail à son élève, afin qu'elle puisse se tenir prête. La neige tombait drue en cette saison, ainsi ils devaient redoubler de vigilance, surtout que leur ennemi était dangereux ... Très dangereux. Ils continuèrent à progresser dans la neige, doucement mais sûrement, jusqu'à ce que la rencontre tant attendue arrive. L'ennemi les attendait, dissimulé derrière le rideau de neige, les attaquant par-derrière. Daemon saisit Saya par le col et la bascula sur le côté, la protégeant ainsi du Katana qui s'apprêtait à la transpercer de part en part. Le combat était désormais engagé, qui de nos combattants allait gagner ?


Le champ de bataille était fort basique, un terrain entièrement enneigé près d'une crevasse dont le fond était impossible à distinguer et parsemé de petits rochers couverts de neige eux aussi, les trois combattants se trouvaient à quelques mètres les uns des autres, s'affrontant du regard. Le Nukenin savait qu'ils avaient pour ordre de le ramener, mort ou vif, au village de la Brume, aussi le Kirijin était persuadé que son ennemi allait tout simplement les éliminer. L'un était fort, très grand avec des cicatrices bien visibles, l'autre était mince et d'apparence frêle, la dernière l'étant bien plus. Quelles chances avaient-ils face à un vétéran, ayant gagné de nombreuses batailles ? En apparences, aucune ... Sauf que Daemon avait quelque chose que l'autre n'avait peut-être pas : une intelligence au-dessus de la moyenne. Les deux hommes se toisèrent du regard, l'une des faiblesses du plus âgé était son assurance, cela se voyait très clairement dans son regard. C'est également cela qui le perdrait.

Un seul coup d'oeil à Saya étalée dans la neige et Daemon lança l'offensive, sortant l'un des parchemins attachés à sa ceinture et invoquant ainsi plusieurs épées. Combinées avec un Reppushô, elles filèrent dans la direction d'Akemy à une vitesse des plus meurtrières, les rendant presque invisible à l'oeil nu mais ce n'était pas assez pour stopper le Jûunin, qui répliqua avec un jutsu Katon qui annihila l'offensive du Kirijin en un instant. Saya, voyant une boule de feu gigantesque se diriger vers son Maître, ne put s'empêcher de contre-attaquer avec un jutsu de type Suiton, geste qui s'avéra inutile au vu de la différence de niveau dont les deux shinobis faisaient preuve. Les deux comparses n'eurent d'autres choix que d'esquiver en bondissant chacun d'un côté, sentant la chaleur de l'attaque sur leur peau, à travers leurs vêtements. La neige avait fondu, laissant ainsi la terre à nue, cependant les flocons semblaient tomber avec plus d'ardeur encore. La Genin était déjà à bout de souffle et grelottait de froid, il fallait faire vite. Sans laisser de temps mort à son adversaire, Daemon enchaîna avec une série de trois kunaî explosifs tandis que Saya se relevait tant bien que mal, prête à aider son Maître. Le Nukenin esquiva sans mal, comment avait-il pu seulement espérer l'avoir avec ces quelques armes ? Ce n'était pas grand-chose pour lui d'esquiver et il leur avait bien démontré, même si cela n'était déjà plus à faire. Le Spade avait une idée, mais son étudiante était tellement têtue que cela ne risquait pas d'être facile, mais en dépit de cela il devait tenter le coup.

Le Jûunin du village de Kiri dégaina le katana qu'il gardait au flanc et le chargea de chakra Raîton avant de s'élancer à corps perdu vers leur ennemi. Il avait repéré un peu plus tôt le trou dissimulé par la neige, si sa disciple l'avait elle aussi remarqué alors ils avaient une chance de s'en sortir victorieux. Le combattant adverse, voyant le jeune homme se jeter sur lui, un sabre à la main, se mit à hurler que ça ne suffirait même pas à le mettre à terre avant de sortir le même genre d'arme à son tour, un katana au manche noir et à la lame blanche, presque étincelante, celui qui avait failli découper la chair de Saya. Les deux lames s'entrechoquèrent violemment sous les cris de la jeune fille précitée, encourageant l'adolescent - ce jour-là était celui de ses seize ans, la demoiselle se maudit de l'avoir oublié - de toutes ses forces, tout en préparant un dernier jutsu à lancer au renégat. Un instant, on aurait pu penser que les deux épéistes étaient de forces égales, cependant Daemon sourit légèrement, de son air toujours calme, et la lame adverse se brisa sous la puissance du Raîton. Ivre de rage, le Yamijin recula précipitamment et disparut d'un seul coup, sous l'effet d'un Sunshin no Jutsu. Il n'en fallait pas plus pour comprendre que Saya était en danger.


A son tour, il composa les quelques mûdras permettant d'utiliser cette fameuse technique puis se retrouva devant sa jeune élève, tel un bouclier devant son propriétaire. Il pensait voir débouler Akemy, mais ce qu'ils virent n'étaient pas vraiment ce à quoi ils s'attendaient : une chose avec des oreilles pointues, grande sur patte avec des ongles et des dents qui semblaient aussi affutés que des rasoirs se jeta sur le plus vieux des Shinobis de Kiri. Il n'aurait eu aucun mal à le briser avec les bras puissants qu'il possédait désormais, cependant il n'en fit rien, souhaitant faire durer le plaisir encore et encore. Tout se passa en une fraction de seconde, le dégagement de la nuque, le rire sonore de la bête, Saya sautant sur cette dernière en désespoir de cause et puis ... La morsure. Il aurait pu lui briser le cou, il ne le fit pas. Il aurait pu lui faire mille et une choses pour le tuer, et pourtant il le laissa agoniser dans la neige sanguinolente, étalé dans son propre sang. il ne voyait plus très bien, seuls des bourdonnements parvenaient à ses oreilles, il ne sentait plus rien, était-ce la fin ? Il voyait sa vie défiler devant ses yeux, ce à quoi il était destiné depuis sa plus tendre enfance, ses cours à l'Académie, sa relation avec Kazuyuki, ce jeune gosse que sa tante avait recueilli et qui était rapidement devenu la personne qu'il aimait le plus ... Les larmes ne lui montèrent pas aux yeux, jamais il n'avait pleuré car c'était une marque de faiblesse, et Atsuki Spade n'acceptait aucune forme de fragilité. Sa dernière pensée alla à Saya, sa jeune apprentie, la plus prometteuse d'entre tous, allait-elle mourir elle aussi ? Non ... Il en était simplement hors-de-question. Un hurlement, porteur du désespoir et de la peur de la jeune fille précitée, lui parvînt aux oreilles, seule chose qu'il avait entendu clairement depuis quelques minutes à présent. Il n'en fallu pas plus pour réveiller le Jûunin : on ne touchait pas ses élèves.

Daemon employa le Saseï no Saibô, permettant à son corps de se régénérer et à ses jambes de le soulever. Les vêtements souillés de sa propre hémoglobine, il se mit à courir en direction du bruit qu'il venait d'entendre, s'il était trop tard jamais il ne se le pardonnerait. Il retrouva enfin la chose qu'était quelques temps auparavant un humain, ni plus ni moins, penchée sur la demoiselle apparemment inconsciente. Son sang bouillonna à cette vue, à cet instant précis il n'avait qu'une envie ... Tuer. Tuer. Tuer. Il déchaîna toute la puissance du Feu qu'il était capable de déployer sur son ennemi, et le laissa pourtant en vie, peut-être par pur sadisme ? Lui-même n'en était pas tout à fait sûr. Le jeune Jûunin resta un moment debout devant son corps, le voyant agoniser, ne faisait rien pour abréger ses souffrances, en dépit de la voix qui lui disait de l'achever. Une voix qu'il avait déjà entendu, et qu'il connaissait même très bien ... Puisqu'il s'agissait de son propre père. Contre toute attente de sa part, il refusa puis s'écroula par terre, aux côtés de l'ennemi qu'il venait de terrasser. Il n'avait pas besoin d'ouvrir les yeux pour savoir qu'il avait terminé au fond du trou repéré plus tôt. Il finit par sombrer dans l'inconscience, à bout de forces, sa dernière pensée allant à sa jeune Saya.

Les espoirs se réalisent ...


Lorsqu'il reprit enfin conscience, il ne s'étonna pas de ne pas être chez lui mais à l'hôpital de Kiri, allongé dans les draps ensanglantés de la chambre plongée dans la pénombre. Il venait d'être renié par sa famille entière. Et il s'en foutait royalement, puisque de toutes façons il ne voulait pas quitter son village pour devenir chef de famille. A quoi cela servait ? Il était bien mieux à Kiri qu'auprès des siens, après tout il n'avait rien demandé. Pourquoi ne le laissait-on pas vivre sa vie comme il l'entendait ? A partir d'aujourd'hui, il ne laisserait plus personne lui dicter sa conduite, c'était tout simplement hors-de-question. Il soupira devant cette liberté nouvellement acquise, constatant qu'il était seul dans la pièce. Où était sa petite protégée ? Il devait s'assurer qu'elle allait bien, aussi se leva-t-il précautionneusement - au vu de sa blessure - et s'habille-t-il avant de rejoindre le couloir. Elle devait forcément être au même étage que lui, vu qu'ils avaient certainement été rapatrié en même temps.

... persistent ...



Il se rendit à l'accueil, demandant à la personne derrière le comptoir où se trouvait Saya Uta, et monta à l'étage indiqué, cherchant le numéro de chambre l'intéressant. Lorsqu'il parvient à son niveau, il vit tout un tas d'Eiseinin se bousculer à l'intérieur. Sa disciple était seule à l'intérieur ... Son coeur rata un battement, son sang se glaça, pitié pas ça, songea-t-il. Il tenta de s'y précipiter, en vain : un médecin lui barra la route en dépit de ses protestations. Il pouvait entendre les hommes à l'intérieur s'hurler des ordres les uns aux autres.

... s'écroulent ...

Les secondes s'égrenaient plus que lentement, bientôt Daemon vit chaque personne quitter la chambre une à une, comme dans une marche funèbre. Impossible, non, elle ne pouvait pas mourir, pas comme ça, il en était hors-de-question, jamais il ne l'accepterait. Il lutta contre les larmes qui menaçaient de couler à tout instant, hurlant qu'on le laisse la voir. L'homme en blouse blanche finit par céder, le libérant de son étreinte. Le Jûunin de Kiri se précipita dans la pièce avec grand fracas, s'arrêtant cependant lorsqu'il vit Saya.

... puis s'effondrent.

Sa main dépassait du drap blanc qu'on avait jeté sur son corps, effleurant le sol. Le jeune homme tomba à genoux devant cette vision d'horreur, sachant pertinemment qu'il ne se le pardonnerait jamais, jamais, jamais. Il se laissa reconduire dans sa chambre bien gentiment, sans piper mot. Les jours suivants furent comme une prise de conscience pour le Spade, il avait mis en danger quelqu'un et cette personne était dorénavant quatre pieds sous terre. Il lui fallait devenir plus fort, mais surtout devenir un meilleur maître. Il avait prit une décision, et désormais il ne vivrait que pour instruire la jeunesse de Kiri Gakure no Satô.


Chapitre II : Partie I : L'accru en puissance du démon.

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]


Le sommeil et l’obscurité total régnaient sur la ville. Pas un chat dehors. Les rues était vides. Le brouillard était à son apogée et régnait en maitre. Un vent glacial l’accompagnait dans son règne. Tous le monde était endormi. Les actifs de nuit s’étaient rendormi quant au actif de jour, eux, dormaient encore. On peut dire qu’il s’agit de la période de transition entre deux mondes opposés. C’est bien le seul moment où le calme et silence règne et que personne ne se trouve dehors. Hors quelqu’un semblait avoir le sommeil agité…

En effet, à l’intérieur de sa maison, Daemon gigotait dans son lit, un rêve plus au moins étrange en était la raison. Dans ce rêve il se voyait dans un endroit glacial entouré de neige. Une tempête semblait s’abattre sur sa position. Soudain des squelettes de glace armé d’un glaive de glace apparurent autour de lui. Il put voir qu’il tenait dans ses mais ses doubles lames et s’en servit pour ce défendre. Les squelettes n’était pas bien résistant mais se reformait à chaque fois qu’on les détruisait. Soudain il entendit un cri. Plus loin se trouvait une personne ne tenant qu’avec une main sur le bords d’une falaise.

Il allait tombé, Daemon devait vite le sauvé!

Ce-dernier se fraya un chemin à travers les squelettes et courut aidé la personne. Il put attrapé sa main à temps et le remonter mais au moment ou il allait sourire à la personne croyant l’avoir sauvé, il entendit un puissant cri d’oiseau résonnant à travers la glace. Puis apparut un gigantesque oiseau de verre sortant du ravin. Celui- ci portait un bout de verre rouge sur son front et fixait d’un air terrifiant aux yeux rouges Daemon. Le Spade en restait paralysé, jamais il n’avait vu un oiseau si terrifiant. Il remarqua alors que l’oiseau fixait désormais l’autre personne, le morceau de verre de la bête se mit à briller et avant que Daemon ne puisse réagir, un rayon glacial en sortit et prit de plein fouet la pauvre cible. Celle-ci se fit taillader et des centaines de plaies baignées dans le sang apparurent, morte, le regard plein de détresse tournée vers Daemon. L’oiseau se tourna vers Daemon et allait exécuter de nouveau son attaque sur ce-dernier. Le pauvre garçon en était tétanisé et terrorisé. Alors qu’il sentait le froid du rayon arrivé à lui et l'emporter vers l'au-delà, il se réveilla avec sursaut dans son lit.

Ce rêve avait l’air si réel que Daemon avait vraiment cru qu’il allait mourir. Ce qui le terrorisait le plus c’était que la dernière fois qu’un rêve comme ça lui était apparut, ce rêve s’était avéré être un rêve prémonitoire. Mais Daemon ne voyait vraiment pas comment cela pourrait arrivé, ici à Kiri il n’y a aucun endroit où de la neige, des squelettes de glace ou un gigantesque oiseau de verre pourrait être. Mais si cela devait arrivé il devrait s’arranger pour changer l’issue du rêve et pour cela devenir plus fort. Et oui même à cette heure-ci, le garçon cherchait de la puissance. Il ne perdait jamais son objectif de vue et avait fait la promesse à ses parents de ne jamais mourir sans avoir fait tous son possible pour amener une paix au monde ninja.

Mais ce n’est pas à 4h00 du matin qu’il réalisera sa promesse alors pour le moment il lui faut se rendormir. Pour arrivé à cela, Daemon partit se chercher un verre de lait à la cuisine. Une fois l’avoir bu il retourna à son lit mais en passa près de la fenêtre il remarqua qu’une lumière brillait à l’extérieur à travers le rideau. Il tira le rideau et pu voir qu’une boule de lumière brillait loin dans le ciel telle une étoile. Ce fut alors qu’il se rappela avoir déjà vu cette lumière…
C’était lorsqu’il venait d’obtenir l'honneur d'être l'héritier de la famille en passant le test de son clan. Cette lumière l’avait guidée jusqu’au ruines du village de son clan, là il affronta son père en personne et en le battant il reçu de ces mains le titre de futur chef de famille des Spade qui lui était dédié .


*Flash back On*


Un katana en main, Daemon avançait péniblement sortant des ruines. Il ne comprenait pas ce qui venait de passer. Il avait réussi le test de son clan en affrontant son propre père dans les ruines de son village, que tout les élus du clan devait passer à l'aube de leur dixième année d'existence. Mais le clan a été détruit il y a longtemps de cela et ce père fut tué sous ses yeux ... par lui-même. Il est même surement le dernier survivant du clan, sûrement ses frères et soeurs ont été vite exterminés par la guerre et la famine. Serait-il possible qu’il est combattu un fantôme ? Et pourtant les coups était bien réel et les lames reçu le sont aussi. Mais Daemon ne s’attarda pas sur ces pensées et comprit que certaines choses doivent rester dans le mystère. Après tout, son clan, non le monde ninja entier et né du mystère. Un mystère que l’homme essaie de comprendre par la raison ou la logique mais jamais il ne pourra découvrir les véritables secrets de la nature.

Le plus important était qu’il était devenu un homme désormais. Il avait terminé l’épreuve pour obtenir le titre de chef de famille qui lui était destinée comme l’ont fait ses ancêtres avant lui. Son père lui avait dit qu’il était particulier puisqu’il avait eu la chance de recevoir les chaines des Enfers. Les doubles lames n’était que la partie complémentaire et on dit qu’une fois réunit cette arme libérerait un pouvoir incroyable si bien utilisé. Ce serait même l’arme du fils unique du Sage aux Armes Blanches et voilà pourquoi il sépara le pouvoir sous deux formes tellement il été puissant. Daemon se jurait qu’il ferait honneur à ce pouvoir. Plongé dans ses pensées, Daemon quittait le village sans s’en apercevoir. Soudain il se dit qu’au moins il avait retrouvé la position où avait toujours été son clan et que donc un jour il pourrait venir le rebâtir mais en se retournant il vit que les ruines avait disparu. Envolé comme de la poussière au vent. Plus une trace de son passage. Il semblerait que le village lui-même est décidé de rester dans le mystère de ce clan. Soudain une voie résonna dans le tête du garçon.

- Daemon nous avons confiance en toi. Gardes la foi et ne perds jamais de vue ton objectif. Tu n’es pas seul, nous t’aiderons dans tes obstacles et veillerons sur toi. Que la flamme des Spade brule en toi, mon fils….


Daemon comprit alors que le clan et le village était toujours en vie, en lui. Tant qu’il aura cette foi dans son cœur et qu’il prendra soin de l’héritage de son clan, ce-dernier continuera de vivre. Après tout peut-être n’est-il pas le seul survivant… Un sourire s’afficha sur le visage du Spade, puis ce-dernier continua sa route continuant de suivre aveuglément cette lumière. Elle l’avait menée ici, peut-être continuerait-elle à le mener à sa destinée. Après des semaines de marche à suivre cette lumière, Daemon eu comme une sensation étrange.

Pour la première fois, il avait l’impression de se rapprocher de la lumière. Elle n’était plus une étoile dans le ciel restant toujours éloigné mais semblait être vraiment là, sur terre. Daemon pressa le pas et courait de stupéfaction vers la lumière qui lui semblait de plus en plus proche. Il arriva au pied d’une colline et sentit que la lumière l’attendait là-haut. Il la grimpa en courant de toute sa vitesse, son cœur battait à toute vitesse. Un sentiment de stress, d’impatience, de folie s’emparait de lui. Il ne comprenait pas pourquoi s’était-elle détaché du ciel ? Allait-elle arrêter de le guider ? Pas assez de temps pour les questions, le voilà arrivé au sommet, face à une boule de lumière aveuglante. Daemon en restait bouche-bée. Soudain la boule de lumière sembla se transformer en la silhouette d’un corps.

- Daemon, tu en as fait du chemin depuis la première fois. Mais il s’agit de la troisième fois que nous nous voyons et te voilà plus fort et plus grand que lors de la deuxième fois. Tu as passé les deux avec succès je te félicite. Tu es désormais l’hôte des chaines de l’Enfer et des Lames jumelles Eo et Rai. Ensemble leur pouvoir vont être dévastateur mais seulement si tu arrive à les maitriser et ce n’est pas chose facile. Mon fils lui-même eu du mal à la contrôler. Après tout c’est une des premières et meilleur armes que j’ai crée.


L’homme se tut et semblait avoir un léger ricanement. Daemon était toujours ébahit et bouche-bée. Tant de question lui vint à l’esprit mais sa mâchoire était pétrifié. Dans un élan de courage il bégaya:

- Vous? … Comment ça trois fois ? Je ne vous ai jamais vu… Et d’ailleurs… Qui êtes-vous ? Comment ça votre arme ? Et votre fils ?! Ne me dites pas que... !! Non c’est impossible je rêve!

La silhouette brillante eu de nouveaux un ricanement tout en faisant un hochement de tête. Elle semblait être un vieil homme avec une longe barbe puisque la silhouette caressait justement ce qui semblait être une barbe. Pas facile de voir avec cette lumière aveuglante. Mais ce hochement de la tête signifiait « oui » au doute de Daemon. Voyant le jeune homme de nouveau sans parole il dit :

- Eh oui mon garçon. Je suis le Sage aux Armes blanches. Je suis le créateur de toutes les armes des Spade et mon fils fut le fondateur du clan. C’est lui qui eut la brillante idée de scellé les armes afin d’éviter un conflit au clan. Mais tous cela tu doit le connaître puisqu’on a du t’apprendre la légende. Mais sache que toutes légendes sont nées de la réalité alors ce n'en est pas vraiment une. Malgré les efforts de mon fils, il est bien dommage que mon clan ai sombré. Enfin pas vraiment puisque tu es là. J’ai bien fait de te sauver lors de l’attaque.

Alors Daemon eut comme un déclic et se rappela de ce qu’il s’était vraiment passé ce jour-là. En effet c’était la troisième fois qu’il voyait cette lumière. Le Sage, bien qu’il savait que Daemon s’était rappelé du passé, fit un rappel :

- Il y 10 ans je t’ai sauvé sous cette forme de lumière lors de l’attaque et je t'ai déposé dans la forêt dans l’espoir que tu t’entraines et qu’un jour tu réalises le rêve que nous n’avons jamais put réalisé. Je t’ai revu il y 3 ans, enfin c’est plutôt toi qui est venu à moi. Tu as passé mon test de volonté sans problème et je t’ai offert les chaines. Et enfin nous voilà maintenant où je t’ai guidée jusqu’à ton père afin qu’il t’offre tes lames et le titre de chef de la famille comme doit le faire la tradition. Aujourd’hui tu as gagné en puissance mais tu n’es pas au sommet de ta force. Tu peux devenir bien plus fort. Si je t’ai emmené ici c’est pour te guider une dernière fois. Derrière moi se trouve le village de Kiri no kuni. Vas-y, habites-y et devient un ninja. Entraîne-toi afin de rechercher la force qui te permettra d’accomplir la volonté de notre clan. Désormais je vais te quitter et tu conduiras seul ton destin. Fais les bon choix et reste sur le bon chemin. Un jour peut-être je reviendrai te guider… Et n’oublie pas que l’union fait la force, l’amitié est toujours plus précieuse que la solitude. Un jours peut-être vos chemins se croiseront. Après tout je vous ai sauvé pour cela….


Soudain la lumière éclata en poussière. Les poussières de lumières se rassemblèrent au sol pour former un pendentif où le symbole d’une flamme sur un bouclier était gravé. Il s’agissait du symbole des Spade. Le bouclier symbolisait la foi et le courage inébranlable du clan et la flamme signifiait sa volonté de vaincre qui continue de bruler tant qu’il reste une braise. Daemon le prit et le mit autour de son cou. Mais les dernière paroles étaient si intrigantes. Daemon aurait aimé être plus détaillé, il avait encore des questions. Aurait-ils d’autres survivants que le Sage aurait sauvé ? Mais il ne fallait pas chercher, étant tous des Spade, si il y a d’autres survivants leurs chemins se croiseront surement…

*Flash Back Off*


Tous ces souvenirs lui revint soudain à la mémoire. Il avait grandi et gagné en puissance depuis. 16 ans qu'il avait maintenant. Il avait appris beaucoup de choses, était devenu un ninja, gravit petit à petit les échelons et réussit à maitriser l’héritage de son clan, c’est-à-dire les doubles lames et les chaines. Il avait accompli ce que voulait de lui le Sage, il avait su se séparer de la solitude pour se faire des amis fidèle tout en étant un lui aussi. Pour preuve il fut même nommée bras droit, ce qui signifiait qu’il était la personne dont le Kage avait le plus confiance et peut-être même son successeur. Mais il n’avait jamais rencontré d’autres Spade qui aurait peut-être été sauvé. Voilà qu’aujourd’hui la lumière réapparaissait. Le Sage était donc revenu guidée le jeune homme après toute ces années mais où allait-il le conduire cette fois? Le voyage qu’il allait entreprendre aurait-il pour but de le rendre plus fort? Il le verra très vite.

Daemon n’attendit pas plus longtemps pour se lancer dans ses préparations pour un voyage. Son destin l’appelait une fois de plus et il n’allait pas le faire attendre. Comme dans le passé Daemon était près à suivre cette lumière aveuglément. Il prit son nécessaire de mission et emporta un sac avec le strict nécessaire. Avant de sortir il regarda le pendentif à son cou. Depuis ce jour il ne l’avais plus jamais retiré. Puis sortit et ferma soigneusement la porte. Cela fait, il reprit sa course aveugle dirigeant vers cette lumière. Sautant de bâtiment en bâtiment, Daemon approchait de plus en plus de la porte mais en passant près de la tour de Mizukage il sentit un chakra le guettant. Bien sûr, il était bras droit et ne pouvait pas quitter le village sans dire un mot. Il se retourna alors et put voir la silhouette de Meï le regarder du haut de la tour. La kage ne disait mot mais Daemon semblait la comprendre. Ce-dernier baissa la tête puis la releva et regarda de nouveau son maitre d’un œil plein d’assurance. Il dit :

- Excusez moi sensei… Mais mon destin m’appelle et je ne peux l’ignorer. Je sais que j’ai des obligations mais aujourd’hui je me dois de partir en quête de force afin de revenir plus puissant et pouvoir protéger le village et ce qui me reste.

Les deux personnes se turent quelques secondes puis Daemon eu un léger sourire comme si il savait discuter par la pensée et que Meï lui avait donnée son accord. Daemon dit alors d’une voix plus basse:

- Je vous ferai honneur Meï-sama. A bientôt le village. Je promet de revenir plus fort que jamais.

Le garçon se retourna puis reprit sa course. Il quitta d’abord les portes du villages puis arriva vers le côtes. La lumière l’avait conduit jusqu’au grand port de Kiri. L’aventure se passera donc dans des contrées lointaines surement dans le grand continent des autres nations. Daemon prit le prochain bateau à destination du pays du feu. Le voyage dura une journée et une nuit de bateau. Au petit matin, on entendit: « Terre en vue ! Nous approchons du port de Hi no kuni! » Daemon quitta sa cabine et monta sur le pont. Il pouvait déjà sentir la chaleur du pays qui était totalement différent de la fraicheur et de l’humidité apporté par la brume constante de Kiri. C’était la deuxième fois que Daemon se rendait au pays du feu. La première fois il avait fait la rencontre d’une kunoichi de Konoha appelé Jun du clan Yamanaka qui savait confectionné des potions.

Mais pas le temps pour les souvenirs où les visites car aussitôt accosté, le Spade continua son parcours. Il traversa Hi no kuni à peu près sans problème. Le seul obstacle,- enfin obstacle c’est vite dit -, c’était des bandits qui tentèrent de lui faire une embuscade dans une vallée. Bien sur en tant que Anbu et ninja de grand talent Daemon les avait sentit de loin se regrouper et préparait leur coup bien à l’avance mais il avait préféré faire comme-ci qu’il se faisait prendre afin de s’amuser un peu. Mais l’amusement ne dura pas longtemps, quelque coups de taijutsu ou par ses chaines suffit à tous les assommer. Daemon les attachèrent ensemble avec une corde et les laissèrent pendre du haut de la vallée. Avec un peu de chance pour eux, la police d’ici viendrait les arrêté ou sinon il feront une sacrée chute mais de quoi les tuer. Après cette petite distraction le garçon continua le périple.

Deux jours entier s’écoulèrent avant que Daemon quitte enfin les terre du pays du Feu. Jusqu’à maintenant la lumière le guidait vers le nord. Si cela continuait il devrait arrivé à Yuki no kuni son pays de naissance selon ses calculs. Si c’était le cas il aurait des choses à craindre car ce pays est connu pour être enseveli maintenant sous une neige fréquente. Là-bas Daemon aurait encore plus froid qu’à Kiri et il n’avait rien de vraiment chauffant sur lui. Mais le garçon était têtu et continua sa route sans prendre le temps de chercher à acheter des vêtements plus chauffant. Une journée de plus s’écoula. La température commença en effet à baisser et Daemon avait comme l’impression de monter en altitude. En effet, le garçon était en train d’arriver au pied du plus grand glacier du pays. Le froid se faisait de plus en fort et un violent vent glacial soufflait. Une tempête semblait se préparait. Le pauvre Daemon était tout tremblant à cause du froid et voyait à peine la lumière à cause de la neige qui soufflait dans ses yeux. Au bout de quelques minutes, Daemon semblait se retrouver au cœur de la tempête. Les vents était si violent qu’il ne pouvait plus avancer, le froid n’en facilitait pas l’affaire.


Soudain des bruits d’os se frottant entre eux se firent entendre. Puis ce fut des ricanements diaboliques. Le sons des os et des rires s’approchaient de plus en plus. C’est alors que quatre yeux rouges brillèrent à travers la neige autour de Daemon. On pu ensuite distinguer que ces rires, et ses yeux appartenait à des espèce de squelettes dont les os étaient recouvert de glace. Le garçon invoqua aussitôt ses doubles lames à ses mains. Il les relia à ses chaines et les envoya détruire les quatre squelettes d’un coup. Aussitôt un cri strident semblable à celui d’un oiseau se fit entendre résonnant dans la montagne. Le Spade regarda affolé dans tous les sens et ne vit rien mais lorsqu’il regarda de nouveau devant lui il put voir se dessiner la silhouette obscur d’un grand oiseau à quelques mètres de lui. Le vent portant la neige était si violent que Daemon ne voyait qu’une ombre devant lui mais deux yeux rouges terrifiants se voyait parfaitement. A cette vue le shinobi en resta pétrifié. Jamais de sa vie il avait ressentit une tel sensation de peur. Son corps en était paralysé, son cœur battait à toute vitesse, ses yeux restait difficilement grand ouvert malgré la neige lui volant au visage, c’était comme ci le diable se trouvait devant lui près à le dévorer. Tout à coup, une forme de losange violet brilla entre les deux yeux. Et puis…plus rien…

Daemon ouvrit les yeux et vu en premier un plafond. Le plafond d’une maison. Il s’assis d’un coup et regarda tout autour de lui affolé. Il se calma rapidement, voyant qu’il se trouvait sur un lit, sous un drap bien chauffant, dans une petite chambre. La porte s’ouvrit et une petite vielle dame entra apportant un plateau avec un bol dont de la vapeur en sortait. Voyant que le jeune homme était réveillé, elle déposa le plateau sur la commode près du lit et dit:

- Alors mon garçon, tu t’es enfin réveillé après cette longue sieste. Il faut dire que tu as frôlé la mort. Si je ne t’avais pas sauvé tu serais devenu un vrai glaçon enterré sous de la neige.

La femme eut un petit ricanement puis reprit:

- Qu’est-ce qu’un jeune homme comme toi faisait dans les montagnes sans aucun habit adapté à ce genre de condition. Mais allons-y doucement. Te rappelles-tu de ton nom?

Cette femme l’avait donc sauvé. Daemon essaya de se souvenir de ce qui c’était passé avant son inconscience. Après quelques secondes, il répondit :

Je me nomme Daemon. Mais où suis-je et où m’avait vous trouvé ?

- Tu es à Kuzu, un petit village sur le plus grand glacier du pays de la neige. Autant dire qu’ici la température atteint les records de température négatif. Parfois dans les -70 degrès la nuit. Je t’ai trouvé non loin de notre village. Tu était tout frigorifié et non loin de l’hypothermie. Ma soupe secrète et mes remèdes ont su te guérir mais tu as quand même dormi 4 jours entier. Mais je lis dans tes yeux que tes souvenirs reviennent peu à peu, et ces souvenirs ne me semblent pas agréable. Si tu me les racontais ? Cela te permettrait peut-être de faire le vide.


Daemon hésita quelques secondes puis se dit qu’il devait bien ça à celle qui l’a sauvé. Il lui raconta l’histoire depuis l’entré dans la tempête, suivit de l’apparition des squelettes et enfin de la silhouette terrifiante de cette oiseau. A la fin de l’histoire, la vielle femme semblait pâlir et ébahit. Elle cria le nom de Ely. Une jeune femme entra alors dans la pièce. Elle avait de beaux cheveux violet tombant par-dessus ses épaules. La vielle alla lui chuchoté quelques chose à l’oreille et à son tour, elle parut surpris. Elle ressortit de nouveau en courant de la pièce. La senior se retourna souriant vers le Spade. Elle lui demanda si il souhaitait encore se reposer. Daemon insista sur le fait qu’il était en pleine forme désormais et se leva péniblement. Il eut d’abord une difficulté à se tenir debout, normale après avoir dormis 4 jours, puis se tient droit. Il suivit la dame jusqu’à la salle principale. Cette salle englobait la cuisine, le salon et l’entrée. Les décorations était modeste. La jeune femme qui était dernièrement partit en courant était de nouveau là. La vielle présenta Daemon à cette-dernière et lui dit qu’elle allait lui faire visiter le village.

- Excusez moi d’agir de la sorte mais… c’est que je suis inquiète, mon frère est parti dans les hauteurs de la montagne accomplir un rite et n’es pas revenu… J’espère qu’il n’aurait pas croisé le… Non excusez moi. Ma mère m’a dit de vous emmener à la place principale.

Son frère avait donc disparu. Daemon aurait aimé pouvoir l’aider mais ces montagnes lui est inconnus et il pourrait se perdre. Il suivit la femme jusqu’à arrivé à la place du village. Beaucoup de gens y étaient rassemblé et semblaient les attendre. Tous le monde s’écarta à leur vue et laissèrent une allée vers le centre. Au passage du kirijin, tous le monde chuchotait entre eux ou le regardait d’un air étrange. Soudain la jeune femme s’agenouilla. Daemon put voir qu’elle le faisais en l’honneur d’une autre femme debout devant-elle. Cette femme était maquillé de peinture et avait une épine de verre lui traversant le nez. Elle portait également une longue cape faite de peau d’ours blanc. La femme invita le jeune homme à venir dans sa tente. Une discussion s’engagea commençant par la femme:


- Je suis la prêtresse du village. On m’a raconté ce que tu avais vu. Alors l’a tu fait réellement!

La femme pointait son visage près de celui de Daemon et le regardait d’un air des plus étrange, le garçon bégaya:

- Heu… Mais de qui parlez-vous?

- Mais de lui ! Tu es donc inculte ! Je parle de Olki ! Le grand oiseau de verre qui règne et sème la terreur dans ses montagnes depuis la nuit des temps!

Daemon eu comme un choc. Elle devait parler de cette oiseau qu’il avait vu avant de perdre connaissance. Il répondit:

- Je crois en effet l’avoir vu. Mais je n’ai vu que son ombre avant de perdre connaissance… Mais je me rappelle de ces yeux semblable à un démon et de ce losange qui avait brillé…

- Quoi?! Tu as donc croisé le regard du diable et subit le souffle divin et pourtant tu as survécu! Incroyable! Tu dois vraiment être quelqu’un d’extraordinaire. Es-t-il possible que tu sois l’élu? Non impossible… Tu ne peux pas être la garçon de la prophétie…

Elle se mit à tourner autour d‘un tas de cendre, prononça des formules magiques puis ordonna au Spade de quitter la tente. Daemon obéit et vit que Ely l’attendait à la sortit. Ils marchèrent ensemble, traversant le reste du village. Après quelques instants de silence, elle lui demanda ce qu’il s’était passé. Daemon lui expliqua qu’elle avait parlé d’un oiseau nommée Olki, qui était peut-être ce qu’il avait vu. Il lui dit aussi qu’elle avait parlé d’une prophétie dans lequel il pourrait être l’élu. Daemon ne comprenait pas trop ce qu’il était en train de dire mais la fille, elle, avait très bien compris et en fut comme choquée. Daemon lui demanda de l’expliquer de quoi parle cette prophétie. Elle hésita mais finit par parler:

Le garçon la salua et sortit avec elle. Un sourire, semblait-il forcé, s’affichait sur le visage de la belle jeune femme. Elle fit visité le quartier à son invité. Les maisons se ressemblait tous et était conçue dans la plus simple architecture. La jeune femme semblait triste et inquiétée. Daemon prit son courage lui demanda ce qui n’allait pas. Elle lui hésita quelques instants puis répondit:

- Notre village est fondée sur une prophétie. On dit que le village fut fondé par un homme maitrisant l’art de former le verre et qui contrôlait un grand oiseau de verre. Afin de pouvoir toujours veiller sur le village, il transforma son corps en un morceau de verre qu’il plaça sur le front de son oiseau. Ainsi il avait fusionné avec l’oiseau et ce-dernier continuerait à poursuivre sa volonté de protéger la montagne. Mais un jour, le mal arriva à la montagne. L’oiseau s’interposa, poursuivant son but de protéger les lieux. Au cours d’un long combat, le mal fut vaincu mais le morceau de verre fut brisé en 5 morceau. Depuis lors, l’oiseau fut envahit par les ténèbres et sème la terreur dans les montagnes. Pour y remédier il faut retrouver les 5 parties du verre et le replacer sur l’oiseau. Chaque siècle, un élu arrive au village et parvient à retrouver une des 5 parties. Mon frère fut considéré comme le 5e élu et avait pour devoir de retrouver la 5e partie. Cela fait déjà un mois qu’il nous a quitté et n’es pas revenu. Serait-il possible qu’il n’était pas l’élu mais qu’il s’agissait de vous ?!

La femme se mit soudainement à pleurer. Daemon ne savait quoi dire. Il en apprenait beaucoup. Serait-il l’élu dont tous le monde parle? Daemon ne le savait pas mais il savait qu’il était de son devoir de sauver le frère de cet femme. Il se mit debout et jura de son honneur devant la femme qu’il ramènerait au prix de sa vie son frère. Il partit ensuite d’un pas ferme voir la prêtresse. Il entra et lui dit fermement qu’il savait tout et qu’élu ou pas il allait sauver ce pauvre garçon. La prêtresse hocha de la tête puis fit assoir le garçon. Elle se mit à prononcer des formules et à tourner en rond afin de crée une protection selon elle. Puis elle partit quelques instant et revint avec une boîte qui semblait renfermé un pouvoir des plus terrifiants. En l’ouvrant, Daemon pu voir que 4 morceau d’un verre brillant d’un éclat violent y reposait. La prophétie était donc vrai puisque les 4 cristaux avait été retrouvé.

La prêtresse donna un médaillon où on pourrait entreposer les morceaux de cristaux. Seul le centre manquait. La femme expliqua qu’une fois le cristaux recréer, il faudrait le placé sur le front de l’oiseau. A l’emplacement d’où sort son souffle divin. Daemon ressortit de la tente le médaillon au cou et alla récupérer ses affaires chez la mère d’Ely. Il reprit tous ses affaires puis réalisa que ces doubles lames n’étaient plus là. La femme affirma ne les avoir pas vu quand elle l’a trouvé. La prêtresse entra soudainement et dit qu’il s’agissait d’Olky qui les a pris. Elle fit de dernière mise en garde:

- Garde à toi ! Tes épées ont la capacité de détruire les squelettes de glace sans qu’ils puissent se régénérer. Olky a compris que ces lames lui poserait problème et les a emporté dans son nid. Il te sera difficile d’y arriver si tu ne peux pas vaincre l’armée de squelette qui veille sur les lieux. Mais ce n'est rien par rapport au terrible souffle divin d’Olky. Ce souffle est provoqué par l’emplacement où doit reposer le cristal et à la possibilité de couper et glacer tout ce qu’il touche grâce à sa température égale aux zéro absolue. Maintenant va mais prend bien garde !

Daemon avait écouté soigneusement les conseils de la prêtresse. Il savait ce qu’il devait affronter et se sentait prêt. À sa sortie du village, tous le monde le regardait et avait le même regard. Un regard plein d’espérance donnant toute leur confiance en Daemon. Ce-dernier partit ainsi gravir le sommet de la montagne. Cette fois-ci, il portait des vêtements plus chauffant le permettant de résister à ce froid qui ne cessait d’augmenter avec l’altitude. Après plusieurs heures de marche, des ricanements et des bruits d’os se firent entendre. Les squelettes étaient de retour. Bien que privé des lames, Daemon possédait ses chaines pour attaquer. En quelques coups il détruit les squelettes et parvint à se frayer un chemin. Mais comme l’avais dit la prêtresse, les squelettes se régénéraient et entouraient de nouveau le Spade, devenant de plus en plus nombreux. Il fallait joué sur la ruse. Daemon créa deux clones . Les deux clones le propulsa dans les airs où il fit agrandir ses chaines jusqqu’à qu’elles se plantent plus loin dans une paroi de la montagne et se fit ensuite tracter par elle. Arrivé directement sur la paroi, il reprit son escalade vers le sommet suivis par les squelettes. L’oxygène se faisait rare et il fallait donc économiser les mouvements.

















Dernière édition par Daemon le Dim 23 Sep - 11:48, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas
Daemon

avatar

Messages : 1
Date d'inscription : 13/09/2012

Feuille de personnage
Expérience:
0/0  (0/0)
Jutsus:

MessageSujet: Re: Daemon, la rebellion. [ Trahir ou être trahi ] [ 100% ]   Lun 17 Sep - 18:41

La haine nous consume jour après jour



Suite chapitre II



C’est alors qu’arrivé presque qu’au sommet qu’il entendit un cri. Ce cri était celui d’un homme, un homme en danger. Cela devait être le frère d’Ely. Il était en danger et Daemon devait le sauver mais alors qu’il allait courir, les squelettes réapparurent plus nombreux qu’avant. Son ninjutsu suiton et raiton ne lui servirait à rien ici puisque le vent violent battrait le raiton en un rien de temps et l’eau se transformerait aussitôt en glace. Il ne pouvait compter que sur le taijutsu où sur ces clones. Daemon créa 4 clones afin de pouvoir créer une brèche. A l’aide de son « Raging Thunder », Daemon put détruire une dizaine de squelettes libérant le passage. Il put distingué une zone de dizaines de grand morceau de verre placé sur le haut d’une colline. Cela devait être le nid de l’oiseau mais où était cet oiseau? Peu importe, Daemon sembla voir ses doubles lames planté à l’intérieur et s’y précipita. Arrivé dans le nid il prit dans un sentiment de joie ces précieuse lames. Mais cette joie fut de courte durée car il entendit soudain, le cri strident et terrifiant de l’oiseau. Daemon eut à peine le temps de regarda en bas du nid qu’il vit la silhouette d’un oiseau passé à toute vitesse, le repoussant en arrière. Cette fois, il allait enfin voir cette oiseau nommée Olky.

Le volatile se posa, repliant ses puissantes ailes, à quelques mètres de Daemon. Son plumage était composé de centaines de morceaux de verre d’un blanc éclatant. La température de son corps était si froid que Daemon le ressentait malgré le froid naturel de la montagne. Et pour placé le verre il va donc falloir le touché, mais est-il vraiment possible de faire le toucher sans avoir le membre tous congelé ? Daemon n’avait d’autre choix que de prendre le risque mais pour le moment ce n’était pas ce qu’il lui venait à l’esprit. Lorsqu’il croisa le regard de l’oiseau, il ressentit la même sensation que la première fois et en fut pétrifié. Soudain la forme de losange sur le front de l’oiseau se mit de nouveau à briller. Cette fois Daemon ne repensa pas qu’à la première fois mais il repensa au rêve qu’il avait fait avant de quitter Kiri. Il s’était rapproché du rêve sans s’en apercevoir. Mais cette fois-ci allait-il subir le même sort et mourir tailladé ? Tel serait son destin si le souffle divin le touchait.

Mais à la seconde où le souffle sortit du losange et allait touché sa cible, un homme sauta sur Daemon, le tirant de la trajectoire du rayon. Daemon fut soudainement libéré de sa pétrification. L’homme qui l’avait sauvé se releva et lui tendit la main afin qu’il en fait de même. Daemon prit sa main afin de pouvoir se relever. Il regarda l’homme et put voir dans ses yeux un courage et une détermination infranchissable. Soudain une ressemblance avec Ely lui parut et il demanda bégayant:


Tu… Tu es le frère d’Ely?! J’étais venu te sauver mais c’est moi qui te dois la vie, je t’en suis reconnaissant.

L’homme hocha de la tête puis répondit:

- Tu n’as pas à me remercier, j’ai accomplir mon devoir envers l’élu. Prend ceci tu en auras besoin.

L’homme sortit son collier de son haut et on pu voir que le cristal manquant se trouvait dessus. Il l’arracha et le donna à Daemon en disant:

- Voilà la dernière partie. Maintenant libère nous de ce mal qui plane sur notre village et libère cet oiseau de son fardeau en lui rendant la volonté de son maître! Moi je sais ce que j’ai à faire!

Daemon prit le cristal et le colla à l’emplacement manquant du pendentif. L’homme lui se précipita vers l’oiseau poussant un cri de rage. L’oiseau lui projeta en plein fouet le souffle divin. L’homme semblait si déterminé qu’il parvint à y résister. Il tourna péniblement sa tête vers Daemon et cria:

- Mais dépêches-toi c’est ta chance! L’oiseau est occupé lorsqu’il utilise son souffle alors c’est le moment où jamais! Ne rend pas mon sacrifice, inutile!

Daemon se secoua d’un coup la tête. Il en restait admiratif devant le courage de l’homme. Ses doubles lames en main, il les serra fort puis les fit relié avec ses chaines. Il les jeta ensuite vers l’oiseau afin qu’elles se plantent sur le dos de l’oiseau qui poussa aussitôt un cri de douleur. Daemon se fit ensuite tracter par ses chaines et à son arrivé, posa ses pieds sur ses deux lames afin de ne pas être paralysé par le froid. Mais l’oiseau reprit son envol, montant à pic vers le ciel. Daemon glissa mais tenait ses lames afin de ne pas tomber. Le froid de l’oiseau commençait à pénétrer son corps. Le garçon essaye de résister péniblement puis dans ses dernières forces, il posa ses pieds sur le dos de l’oiseau et se propulsa au ciel. Lorsqu’il retomba, il fonçait en plein sur l’oiseau qui lui montait. Le choc sera frontal. Daemon pointait sa main droite vers l’oiseau, le morceau de verre reconstitué en main. Une aura violette se libérait du cristal et entourait le Spade. Soudain lors de la collision, le morceau de verre se posa de nouveau dans sur position originel. Une explosion de lumière eu alors lieu. Daemon se retrouvait d’un coup dans un monde de lumière flottant dans les airs, une aura violette vint formée le corps d’un homme tendant la main à Daemon.

Une fois sortit de cette forme :

- Je te remercie. Tu as su recréer mon corps et me replacer avec mon oiseau. Je te suis reconnaissant et pour te remercier, je t’offre mon pouvoir et la volonté de mon oiseau. Tu es désormais le nouveau maître de Daemon et l'unique maitre de l’art du verre, le garasuton. Sert moi la main pour preuve de notre pacte.


Daemon eu un sourire sur son visage. Il avait réussi, son courage lui offrait désormais une nouvelle puissance. Son but se rapprochait de plus en plus et il pourrait honorer la volonté de ses parents. Fièrement, il serra la main de l’homme et l’aura vint circulé de cette main vers Daemon. Le corps d’aura disparaissait peu à peu pour venir entouré le Spade. Un nouveau flash et Daemon rouvrit les yeux allongé sur l’oiseau de verre. Etrangement, il ne ressentait plus le froid qui devrait le congeler. L’œil de l’oiseau avait perdu de sa couleur rouge terrifiante et était désormais d’un bleu ciel. Daemon se tint debout et ordonna à l’oiseau d’atterrir au nid. Il descendit de l’oiseau et put voir que le frère d’Ely était pétrifié dans un cristal de glace. En le touchant, Daemon put ressentir que l’homme était encore en vie dans le cristal et qu’on pouvait encore le sauver. Il avait acquis une nouvelle force et il était temps de l’utiliser. Daemon ferma les yeux et se concentra très fort. En les rouvrant, il vit la glace disparaître et libérer l’homme. Il le prit et le mit sur le dos de l’oiseau qui ne refroidissait de sa température que des ennemis.

Il rentra au village et se posa au centre. Tous le monde vint se rassembler et furent d’abord apeuré puis il fut acclamé en héros. L’homme se réveilla et alla dans les bras de sa mère et de sa sœur. Pour récompensé son courage, Daemon eut un beau, tendre et long baiser de la part de la belle Ely . Il aurait aimé qu’elle vienne habiter avec lui à Kiri mais son destin était de devenir la futur prêtresse du village. Mais grâce à lui, le village connaîtrait enfin la paix. Daemon partit ensuite fièrement sur son bel oiseau, continuant de suivre la lumière qui promettait une autre aventure.

Chapitre III : Rébellion.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]



Les yeux grands ouverts, je scrutais le plafond comme s'il y avait quelque chose de spécial ce soir. Cela faisait plusieurs heures que j'essayais de dormir, en vain. Le sommeil ne venait pas à moi, ce qui me dérangeait au plus haut point quand je savais que d'ici quelques heures, je devrais partir pour une nouvelle mission, au delà des frontières du pays. La nuit était très calme, le silence régnait en maître absolu, l'on pouvait presque entendre les nuages brumeux qui parcouraient les rues du village. Mon lit me semblait étrangement inconfortable ce soir. Un sentiment d'inquiétude me rongeait, j'avais un mauvais pressentiment. J'avais 8 ans et j'était genin. Puis finalement, mes paupières commencèrent à me sembler lourdes et je les laissa retomber, masquant ainsi ma vue et me permettant ainsi de me plonger dans un profond sommeil.

Mais alors que je m'étais finalement endormi, une explosion retentit à une centaine de mètres environ. Je me leva sans perdre de temps et sortit de mes quartiers en direction de ceux de mon tuteur qui me servait de père. J'ouvris la porte du tatami dans lequel il dormait habituellement, mais ne le trouva pas. J'avais été d'une lenteur pas possible, certainement s'était-il déjà rendu sur le lieu de l'explosion. D'un saut, je sortis du temple des épéistes. Je remarqua en l'espace d'un instant que la fumée qui montait jusqu'aux profondeurs ténébreuses du ciel trouvait sa source d'un incendie qui réduisait en centre le palais du Mizukage. L'ombre de l'eau serait-elle la cible de tout ce vacarme ? Il fallait que j'en ai le cœur net. Je me mis à courir vers ma destination et arriva au bout d'une vingtaine de secondes, prêt à en découdre avec les éventuels ennemis. Le bâtiment était en feu et devant, l'on pouvait voir une vingtaine de Kirijins ainsi que le Kage.


C'était un rassemblement et sans attendre, le Genin que j'étais les rejoint. Le chef du village allait donner une mission commune de Rang S, ce qui était peu banal, sans doute n'était-ce jamais arrivé. Nous devions retrouver les auteurs de l'attaque qui avait pour but de tuer le Sandaime Mizukage. Aussitôt que les ordres étaient donnés, aussitôt le grand nombre de Ninjas présents sur les lieux s'éparpilla vers différents endroits. Je rejoins mon équipe avec laquelle j'effectuais habituellement mes missions, lorsque je n'étais pas en train de suivre des cours de Kenjutsu avec mon père. D'ailleurs, où était-il celui là ? Je l'avais cherché du regard lors du rassemblement, sans le trouver. Cela m'inquiétait de plus en plus, mais j'oubliais rapidement mon père pour la mission qui s'annonçait très intéressante.

Mon équipe et moi-même, nous décidâmes d'entamer nos recherches directement sur l'océan qui séparait le pays de l'eau du reste du monde. Si les ennemis prenaient la fuite, il ne faisait aucun doute qu'ils allaient tenter de quitter le pays le plus vite possible. Nous arrivâmes sur les lieux au bout de longues heures pendant lesquelles il n'y avait eu aucun repos et finalement, on aperçu un homme vêtu d'une cape noire courir à toute vitesse, essayant de se cacher après nous avoir remarqué. Il ne faisait aucun doute qu'il avait quelque chose à voir avec l'attaque au village et sans perdre de temps, nous établions une stratégie pour capturer l'ennemi.

D'un bond, on se retrouvait tous autour de lui, mais quelque chose était bizarre. C'était comme s'il nous attendait. Soudain, il retira sa cape et la lança vers moi, dès ce moment une dizaine de Shurikens se dirigeaient vers lui ! Mais une bulle d'eau nous emporta tous, cette bulle était tout simplement immense et en plus, elle flottait dans l'air. Mais alors que je m'attardais à regarder à l'extérieur, essayant de comprendre quels étaient les véritables effets de ce Jutsu, une grande quantité de sang parvint jusqu'à moi, c'est alors que je vis le bras d'un de mes équipiers complètement déchiqueté flottant dans cette masse liquide.

J'essayais alors de trouver l'auteur de ce carnage et mes yeux se posèrent sur Kisame Hoshigaki qui après avoir éliminé tous mes coéquipiers, n'allait faire qu'une bouchée de moi. C'était donc lui l'ennemi à abattre ? Lui avait qui j'étais souvent amené à discuter au temple des épéistes ? D'un coup de bec, il m'envoya valser hors de la bulle et je me retrouva perché à un arbre. Sa transformation que j'avais déjà eu l'occasion de voir il y a quelques années lui donnait une force exceptionnelle. Après m'avoir éjecté de la zone liquide, il s'approcha de moi en marchant et me tira la jambe de l'arbre pour m'écraser au sol, le coup était tellement violent que je perdis une dent. Puis alors que je pensais ma vie sur le point de se terminer, il m'adressa quelques paroles.


« Estime toi heureux que ton sang soit celui des Spade … héhé »

J'étais profondément sonné et les paroles qui m'étaient destinées me semblaient n'avoir aucun sens. Je repris mon souffle, coupé depuis ma chute et tenta de répondre du mieux possible.


« Qu…Qu…Quoi ? »


Il m'adressa un simple sourire sadique en guise de réponse et quitta les lieux. Je perdis alors conscience. À mon réveil, je me trouvais sur le dos d'un Juunin de Kiri et la mission ne semblait pas terminer. La phrase de Kisame résonna dans ma tête et je m'éjecta du dos de mon frère d'armes. Celui-ci était content de me voir réveillé, il me proposa de l'eau. Après avoir bu, je me rendis compte de la douleur qui était présente dans ma bouche, ma dent était cassée en deux et l'autre bout se trouvait certainement à des kilomètres d'ici. Je demanda à l'équipe qui m'avait retrouvé combien de temps j'étais resté inconscient. Evidemment, ils ne purent répondre à ma question, mais cela faisait seulement quinze minutes qu'ils m'avaient retrouvé. Je demanda ensuite s'ils avaient trouvé les corps de mon équipe, ils me répondirent que ceux-ci ne ressemblaient plus tellement à des corps humains.


Une rage intense me parcourait alors, ce Kisame Hoshigaki finirait par le payer. Je leur dis le nom de la personne qui avait réduit en poussière toute mon équipe, mais à ma grande surprise, ils ne furent pas eux très surpris. Ils m'avouèrent que cela faisait quelques semaines que les agissements de Kisame étaient suivis de très prêts par le village, mais alors comment cela se faisait-il que je n'ai eu aucun vent de ce qui se passait ? Sans doute car ils pensaient que moi aussi, j'allais faire parti d'un complot auquel prenait part l'un des sept bretteurs. Mais je n'ai que 8 ans merde.


Mon père dans tout cela ? Je ne préférais pas penser à lui, il y avait plus important pour l'instant. Je finis par poser une dernière question aux Junnins, qu'en était-il de la mission ? Et bien Zabuza Momochi avait été perçu en train de quitter le pays avec d'autres hommes, dont l'identité n'était pas dévoilé et en ce moment même, l'on se dirigeait vers l'endroit ou Zabuza avait été vu pour la dernière fois. Arrivé là-bas, je fus content d'apprendre qu'un membre de l'équipe qui m'avait repêché avait la capacité de retrouver n'importe qui, tant qu'il avait son odeur, cela grâce à son invocation: Un loup Ninja ! L'odeur du démon de Kiri était encore sur les lieux, une odeur faible, mais que l'animal réussit à localiser ! Nous le suivîmes et arrivâmes près d'une île, alors que l'on traversait l'océan.

Un calme insoutenable pesait sur nos corps, la pression montait de plus en plus... c'est alors que deux hommes vêtus d'une longue robe noire encapuchonnée nous attaquèrent par le haut, je sauta et les désarma de leurs épees, sans difficulté, à l'aide du petit Katana que je possédais. Les deux hommes surpris des réflexe d'un gamin aussi petit tombèrent au sol, brièvement blessés par mes coups. Je ne voulais pas les tuer, non, il nous fallait des noms. La pression que j'avais quelques minutes plus tôt disparut finalement, mais pour réapparaître au bout de cinq petites secondes.


Un rire sadique et strident parcourait la surface du terrain, alors qu'une brume très épaisse commençait à apparaître. Je reconnaissais cette voix, Zabuza Momochi ! Lui aussi était donc un ennemi ? Mais bon sang, combien d'épéistes étaient concernés par le coup d'état ? Mon père - tuteur, l'était-il lui aussi ? Cette idée m'inquiétait de plus en plus, occupait toutes mes pensées, au point que je n'entendis pas les lourds corps des Junnins qui m'avaient retrouvés tomber au sol, tués par celui qui était surnommé le démon de Kiri. J'avais d'ailleurs aussi cette réputation, mais pas aussi grande que la sienne. Soudain, sa présence se fit ressentir dans mon dos, sans doute m'aurait-il tué s'il l'avait voulu lors de cette attaque, il avait laissé passer cette chance. Je m'en doutais, il allait tout comme Kisame me parler de mon sang et me dire que j'avais une chance inouïe. Lorsqu'il termina de parler pour dire ces conneries, je lui répondis de façon claire, nette et précise, lui faisant comprendre que la merde qu'il était ne m'effrayait certainement pas.

« Eh démon ... Tu crois franchement être capable de me battre ? »

J'avais que de la gueule.

Je connaissais Zabuza et je savais que le fait de le prendre pour une sous merde l'importait. Son orgueil le rattrapa et il vociféra finalement quelques insultes à mon égard avant de m'annoncer ma mort. Le Kubikiribouchou allait dans quelques secondes trancher mon corps, c'est ce dont j'étais désormais certain. Je n'étais encore qu'un apprenti épéiste et même quelqu'un du niveau de Zero, j'aurais du mal à le battre. J'attendais le moment où la lame du démon mettrait fin à ma vie, je repensais une dernière fois à ma mère - tutrice, morte, victime de la guerre et à mon père - tuteur, sur qui de gros doutes planaient désormais. Je ferma les yeux, prêt à me laisser emporter par la mort, mais c'est alors que, mon père, Kensei Natsu - tel était son nom intervint, opposant sa lame, la Homatsu à celle de Zabuza.


Celui-ci dès lors, quitta les lieux du combat avec un rire sinistre. J'étais content de voir mon père et en un instant, toutes les idées que j'avais pu me faire de lui disparurent. Je ne pus donc pas voir le coup d'épée qu'il m'infligea à la jambe. Je tomba au sol, hurlant de douleur, devant mon père dont le visage ne dégageait aucun sentiment. Il était prêt à m'asséner un dernier coup d'arme lorsque finalement, je décida à sa grande stupéfaction, de l'atteindre avec mon petit Katana. Un coup rapide, ma lame le pourfendit jusqu'à empaler ses poumons. Il tomba alors sur moi et laissa ses émotions prendre le dessus, des larmes ruisselaient désormais sur ses joues. Ses dernières paroles arrivaient ...

« Kishin... Je...Je suis désolé, j'ai... j'ai fait... quelque chose d'impardo... d'impardonnable. Je voulais que ce soit toi qui me tue, moi celui qui ai crée le complot visant à éliminer le Mizukage, être ignoble qui n'a pas hésité à t'engager dans cette mission à ton si jeune âge tout ça car tu est en avance sur les autres. Fais attention à cet... cet homme. * Tousse * Aujourd'hui, en ce si beau matin, je te remets ma lame, Homatsu. »

Non, c'était impossible pas lui, pas lui ! Ce ne pouvait être l'homme à l'origine de ce coup d'état ! C'étaient sans aucun doute ces deux Ninjas sanguinaires, Kisame et Zabuza, ce ne pouvait être qu'eux ! Je voulus dire une dernière chose à mon père, lui dire à quel point je l'aimais, lui dire que je lui pardonnais, lui dire que je restaurerais l'honneur désormais tâché de sang des bretteurs de Kiri ! Mais c'était trop tard, ses yeux étaient maintenant tournés vers le ciel, un regard qui laissait comprendre que mon père était désormais une coquille vide. C'était le seul homme qui avait porté autant d'attention envers moi.






Chapitre IV : L'apogée d'un village

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]


Voilà maintenant depuis quelques temps que le règne de terreur du Yondaime Mizukage était terminé, enfin. La place était aux réjouissances depuis, autant les villageois que les shinobis fêtaient, jeunes ou vieux, tous étaient heureux de la libération du dictateur. De la musique jouait partout dans les rue, les gens chantaient, dansaient, criaient, toujours autant que dans les premiers jours. Plusieurs commerçants servaient leur marchandise à prix réduit tant le bonheur régnait.

C’était l’euphorie la plus totale, jamais Kiri n’avait tant rayonné. Les nuages sombres étaient enfin balayés du ciel pour laisser place au soleil. Daemon n’y faisait pas exception, mais il célébrait avec modération, assis seul à une table d’un agréable endroit. Il se trouvait dans un petit bar tranquille, d’où s’élevait une musique à volume ni trop fort, ni trop faible. Même avec de l’alcool dans le sang, il n’oubliait pas ses problèmes ni ses malheurs du passé et ça, c’était particulièrement chiant. Tant qu’à être dans un tel état, pourquoi ne pas pouvoir un instant juste planer au-dessus de tout ça et devenir quelqu’un d’autre ? C’est ainsi qu’après un second verre de sake, Daemon affichant un petit sourire donna la bouteille à un serveur, ayant un arrière goût amer en bouche. Puis, une homme ivre ce n’était jamais bien élégant et digne.

Replaçant rapidement une mèche de ses magnifiques cheveux qui lui chatouillait les yeux, Daemon se leva de son siège puis entreprit de rentrer chez lui. Le shinobi marchait lentement dans les rues, de pas légers et gracieux, regardant les gens autour célébrer. Aujourd’hui, il n’était pas en habit de shinobi, se baladant plutôt habillé d’un simple manteau bleu sombre ajustée, mettant en valeur ses gracieuses formes. Plusieurs personnes le reconnaissaient, quoiqu’il soit assez difficile de voir passer un tel homme sans l’apercevoir. Il se fit donc aborder quelques fois, autant par des gens qui voulaient simplement le saluer que par des filles qui essayaient de la draguer. Ces dernières, il les renvoyait sans forme de ménagement et s’ils avaient l’audace d’insister... Daemon n’hésitait pas à décharger sa fureur sur eux. Ce genre de comportement le mettait en rogne, encore plus si l’énergumène osait parler de mariage ou de relations sérieuses… Dieu qu’il détestait ce type de femme incapable de se contrôler. C’était pour lui un manque de respect et de classe pur et simple. En plus d’être arrêté sur son chemin par des hormones sur pattes, il y avait aussi ceux qui croyaient dur comme fer que cet homme si mystérieux devienne le prochain Mizukage. En tant que tel, Daemon n’y croyait pas trop. Le conseil avait déjà fait l’erreur de prendre quelqu’un de trop jeune, quelles étaient les chances qu’ils choisissent une nouvelle fois quelqu’un qui n’a pas trente ans ? Ils voudraient maintenant un shinobi puissant et expérimenté, un homme d’honneur et de loi, qui pourrait aisément redresser le village afin que leur relation avec les autres nations redeviennent potables. Franchement, avait-il les qualités requises pour un tel poste ?

*Ce ne sont que de futiles idées.*


Voilà ce qu’il pensait vraiment de toute cette histoire. Toutefois, les gens pouvaient bien avoir les croyances qu’ils voulaient, Daemon n’allait pas leur dire quoi penser non plus. Le jeune homme coupa vite la conversation, puis il arriva enfin chez lui. Cependant, loin de pouvoir être tranquille, il y avait un mot de cacheté sur sa porte d’entrée. D’un geste souple, il le retira et entreprit de l’ouvrir afin de le lire. Pas de chance pour lui, c’était une convocation immédiate au bureau du Mizukage. En plus, il était bien spécifié que c’était très important, le jeune homme n’avait pas le choix d’y être. Heureusement qu’il était rentré tôt aujourd’hui… Il prit tout de même le temps de se changer, ça ne se faisait pas vraiment de se présenter au conseil simplement vêtu d’une veste et d'un pantalon noir, puis il prit la direction vers le centre du village. Daemon se demandait vraiment ce qu’ils lui voulaient, mais il ne tarderait pas à le savoir. Peut-être changerait-il d’équipe, était-ce pour ça qu’il était convoquée ? En tout cas, c’était la plus probable des raisons. Lorsqu’il fut enfin arrivé, l’appréhension le gagna un peu, mais il eut vite fait de la chasser. Il n’avait rien à se reprocher, alors logiquement, eux non plus.

Le shinobi marchait lentement dans les interminables couloirs de cet édifice, puis il finit par atteindre la salle où il était attendue, de laquelle s’élevaient plusieurs voix. Semblerait que plusieurs membres du conseil y soit. Il entra donc et aussitôt, les conversations se turent et tous se tourna dans sa direction. Daemon eut un moment de malaise, mais l’un des conseillers, le plus âgé de tous, se leva et prit la parole, d’un ton puissant.

-Bonsoir, Daemon. Vous pouvez vous asseoir et nous allons vous expliquer la raison de votre présence ici ce soir. Naturellement, notre discussion sera de la plus importante, nous ne convoquons pas à cette heure pour des futilités. Le vieillard prit une pause, avant de reprendre sur une intonation que le shinobi jugea taquin. Par contre, vous empestez l’alcool…


Daemon eut un petit sourire en coin à cette phrase. Cette boisson, on a beau se laver, l’odeur reste quelques temps malgré ça et en ce moment, c’était problématique. Avouer qu’il avait bu, même si c’était pour célébrer la fin des temps sombres… ce n’était probablement pas une bonne idée, alors le jeune homme trouva rapidement une alternative. Fausser la vérité, ce n’est pas mentir, si ? Sa voix trompeuse s’éleva alors à son tour.

-Si vous saviez le nombre de femmes ivres qui m’arrêtent dans les rues ces jours-ci… répondit-il sur un ton faussement désespéré, tout en plaçant sa main droite sur son menton.


À ce moment, il prit un air un peu sceptique, avant de s’asseoir avec grâce sur le siège qui lui était désigné. Suite à cela, celui qui semblait être le président du conseil les présenta tous, pour finalement arriver à parler de la raison de sa convocation. Plus les mots sortaient de la bouche du vieux bonhomme, plus le shinobi se disait que c’était impossible, et pourtant… Lorsque la nouvelle tomba, Daemon en resta bouche-bée. Naturellement, son trouble ne paraissait pas vu de l’extérieur, mais à l’intérieur, il n’en revenait tout simplement pas. Comment en étaient-ils arrivés à porter leur choix sur lui ? La question lui brûlait les lèvres, mais aucun mot ne sortit. Cependant, voyant qu’il ne répondait pas, l’un des conseillers prit la parole pour lui demander sa réponse, précisant qu’il était temps qu’une vraie ère de changement s’abatte sur Kirigakure no Sato.

*Ma… réponse…*


Était-il réellement prêt à prendre un rôle aussi important ? Pouvait-il non seulement assumer ces responsabilités, gérer autant de vie, redresser le village afin qu’il revienne à sa gloire d’autrefois ? Ceux qui se tenaient devant lui lui assurait qu’il avait les qualités d’un leader, qu’il pourrait mener le village de main de maître, allait-il les décevoir en refusant le poste de Mizukage ? La réponse se donnait toute seule. Si les anciens croyaient en lui, alors pourquoi ne pourrait-il pas croire en lui-même. C’est ainsi que Daemon, âgé de dix-huit ans, détenteur d’un type de jutsu rare, pratiquement unique, fut élevé au range de Kage. Le Godaime Mizukage était maintenant choisi. Cependant, ceux qui douteraient seraient vite convaincus que cette décision était la meilleure pour un avenir lumineux à Kiri. Ne perdant pas de temps, le jeune homme fut conduit à ses nouveaux quartiers, afin qu’il les prépare pour le lendemain. Ce serait une dure journée, la première d’une nouvelle époque, sa première en tant que Kage…

Pendant la nuit, un message fut livré au village tout entier leur disant qu’une annonce importante aurait lieu sur l’heure du midi. Daemon s’y prépara tôt le matin, écrivant une ébauche de discours et choisissant des vêtements appropriés à l’évènement. Lorsqu’il fut enfin prêt, il était l’heure pour sa sortie publique. Le jeune homme monta donc sur le toit de son édifice avec deux conseillers. Il resta en retrait pendant que les deux hommes annonçaient la nouvelle. Lorsqu’ils prononcèrent le nom de Daemon, la foule se tut, laissant place à un long silence. Suite à cela, plusieurs applaudissements et cris de joie retentirent, mais visiblement, certains étaient mécontents de ce choix. Le désormais kage s’avança lentement, suite à un geste de la main d’un des hommes qui l’accompagnait, l’invitant à les rejoindre. Peu à peu, il put voir toute la foule rassemblée devant lui. Ça la toucha de voir ceux qui l’acclamaient comme jamais un Kage ne l’avait été, mais les expressions outrées ou même de dégoût lui laissèrent un arrière goût de déception. Comment pourrait-il bien gouverner si avant même de commencer certains lui crachaient au visage ? Cependant, restant fort, elle retira son large chapeau bleu au motif du village et le remis au conseiller sur sa droite, puis fixant la foule avec un sourire, elle entama un discours qui changerait peut-être l’avis de certains sur son compte.

-Chers shinobis et villageois de Kiri, je me dresse devant vous aujourd’hui en tant que Godaime Mizukage. J’ai été choisi semblerait-il pour mes qualités à diriger. Les membres du conseil croient que je pourrai apporter de grands changements au village, que je pourrai pleinement le sortir des temps sombres que nous venons de traverser. Je m’engage ici même et devant tous à respecter mes responsabilités, et même à mettre ma vie en jeu comme j’ai toujours fait pour que Kiri ait sa gloire d’autrefois.


Daemon prit une pause, il voyait qu’il y avait encore des indécis et des non convaincus par sa nomination. Bon, il y aurait toujours des hommes immatures qui n’accepteraient pas les décisions, ça, c’est dans la norme des choses, mais elle sentait que son discours ne devrait pas s’achever ainsi. C’est donc malgré les applaudissements et les cris de joie que le nouveau souverain leva la main droite pour sommer les gens de se taire. Une fois le silence obtenu, il reprit, en prenant une voix un peu froide et dure. Ainsi, il pourrait calmer les ardeurs de certains.

-À partir d’aujourd’hui, Kirigakure no Sato ressortira d’entre les morts et nous prouverons aux autres nations que la nôtre vaut autant que la leur. L’époque sombre est derrière nous, tâchez de vous en souvenir pour grandir de cette expérience. Sur ce, je vous souhaite une bonne journée à tous.


Une seconde vague d’applaudissement retentit, en plus de cris et sifflements … Les hommes sont vraiment tous les mêmes. Suite à ce discours mouvementé, le jeune homme fut raccompagné à ses nouveaux quartiers où il exercerait son rôle d’autorité. Son bureau avait été décoré selon ses bons vouloirs, il était maintenant prêt à réellement commencer sa journée. Il avait tant de chose à faire, c’était démentiel. Jamais au grand jamais il ne finirait la liste que les conseillers lui avait « fortement » recommandée de faire. Une liste qui lui prendrait des semaines oui… Lire les dossiers des ninjas afin de mieux les connaitre pour bien les répartir sur les missions, prendre les demandes de missions, les attribuer, recevoir les rapports, voir pour conclure des alliances de marchés, reformer les équipes et autres… Ce genre de chose ne prenait pas qu’une minute. Bref, ce n’était pas le moment de se plaindre, fallait agir et donc, Daemon établit un plan qu’il respecta et grâce à ça, ce fut beaucoup plus facile de suivre l’interminable liste de tâches.

Durant le reste de la journée, il eut un total de cinq rapports détaillés de mission dont il ne savait rien, il a fallu qu’il trouve les documents sur la demande de mission pour comprendre et attribuer le salaire des shinobis, et en plus, il a viré à presque coups de pied une de ses ninjas de son bureau suite à une blague vaseuse sur le mariage… Il a réussi à éplucher tous les dossiers ninjas des genins et chunins du village, ainsi que des forces spéciales, qu’il avait regardé en premier lieu. En bref, se fut une rude journée pour Daemon, mais restant dans l’optimiste, il se dit que dans les jours à suivre, tout se calmerait lorsqu’il aurait terminé de lire tous les documents, les connaîtrait par cœur, que les alliances marchandes et shinobis soient établies et que tous reconnaîtrait son autorité…

Oui, ça prendrait probablement plus qu’une journée, malheureusement.


Mais quelle idée d’avoir accepté ce poste, même si dans un sens, c’était ce qu’il voulait depuis longtemps. Aujourd’hui, il avait la possibilité de changer les choses, d’améliorer son village et de le rendre puissant, alors peut importe les sacrifices, Daemon les ferait sans broncher. Il se montrait digne de la lourde tâche qui venait de lui être donné. Rester fort, indépendamment de la situation. N’avait-il pas toujours pensé ainsi ? Cela n’était pas près de changer. C’est donc avec ces bonnes résolutions que le shinobi se remit au travail, mais quelques instants après, quelqu’un frappa à la porte. Le Mizukage lui donna la permission d’entrer, ce qu’il fit. C’était celui qui était pour l’instant son assistant, le temps qu’elle s’en choisisse un. Il s’inclina, pour ensuite prendre la parole.

-Godaime-sama, un groupe de quatre chunins veulent faire leur rapport. Peuvent-ils le faire maintenant ?


Un groupe de chunin hein, fallait espérer qu’ils ne soient pas qu'une bande d’ado aux hormones hors de contrôle ou pire, des adultes avec des hormones hors de contrôle… Ça, il ne supporterait pas. Comment pourrait-il recevoir plusieurs ninjas par jour dans son bureau si tous passaient des remarques osées ? De plus, en ce moment, Daemon n’était pas d’humeur à se faire dire des répliques soi - disantes humoristiques, certains ont plus d'audace que d'autres à ce niveau, y avait assez de son assistant pour ça… Il passait son temps à essayer de faire rire les gens. Baissant les yeux sur son document, se disant que d'ignorer le facteur gênant serait mieux que de le confronter, il prit la parole, répondant à la question précédemment posée.

-Fais-les entrer, tant qu’ils ont un peu plus de discrétion que toi, tout devrait bien aller.


Oui, aujourd’hui serait une longue et interminable journée…



[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]













Dernière édition par Daemon le Dim 23 Sep - 15:25, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Daemon, la rebellion. [ Trahir ou être trahi ] [ 100% ]   Mer 19 Sep - 18:52

Moi j'aime bien ta fifiche ^^ j'ai pas encore fini de tout lire mais j'aime beaucoup ^^

tu décris bien l'évolution de ton perso et ca me plait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Daemon, la rebellion. [ Trahir ou être trahi ] [ 100% ]   Mer 19 Sep - 19:21

Bon double post O.O

Comment tu fais pour connaitre presque la moitié des perso de NarutoO.O

tsuchikage et Zabuza (pour le moment à ma lecture) bien que j'en sois pas à la fin la ...

Je peux déjà te dire que ce n'est pas crédible ca tiens pas trop la route ton histoire me plait ya de bonnes idées mais ya pas trop de cohérence niveau village et autre ... O.O je vais finir de lire tout de meme et ne pas etre trop mauvaise langue
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Daemon, la rebellion. [ Trahir ou être trahi ] [ 100% ]   Lun 24 Sep - 11:56

Je ne vois plus rien de très gênant dans cette fiche.

A voir avec un autre membre du staff
Revenir en haut Aller en bas
Satori Tokei Murakumo
~ God Rebirth ~
~ God Rebirth ~
avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 26/06/2012
Age : 26

Feuille de personnage
Expérience:
0/0  (0/0)
Jutsus:

MessageSujet: Re: Daemon, la rebellion. [ Trahir ou être trahi ] [ 100% ]   Lun 24 Sep - 16:06

Je suis du même avis de Miyo, y a plus rien à redire.

Et comme le staff n'a rien à redire sur ton Kekkei tu es validé. Maintenant go faire ta ft Smile

_________________
Why do we have to fight against our brothers ? We are all humans !
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://ninjanoyume.forum-pro.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Daemon, la rebellion. [ Trahir ou être trahi ] [ 100% ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Daemon, la rebellion. [ Trahir ou être trahi ] [ 100% ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Règle #1 - Ne jamais trahir son partenaire [JENNY]
» CLAY Ҩ rebellion isn't with guns only... [TERMINEE]
» Daemon
» — Lindwuen Daemon
» Oberyn Martell - La Vipère Rouge / Daemon Sand

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ninja No Yume  :: A Garder-
Sauter vers: