Ninja No Yume
en cours



 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Kemono Arai Boukyaku ▬ [Loading - 100%]

Aller en bas 
AuteurMessage
Kemono A. Boukyaku

avatar

Messages : 0
Date d'inscription : 27/07/2012
Age : 26

Feuille de personnage
Expérience:
0/800  (0/800)
Jutsus:

MessageSujet: Kemono Arai Boukyaku ▬ [Loading - 100%]   Ven 27 Juil - 19:35


« Dans tout ce que la nature opère, elle ne fait rien brusquement. »

Carte d'Identité


    • Nom : Boukyaku A.
    • Prénom : Kemono
    • Âge : 32 ans
    • Sexe :
    • Village ou Organisation : Autrefois celui de la Pierre.
    • Grade :Nuke-nin de Rang SS | Jinchurikki de Gobi
    • Code de validation :

    • Description Physique : Kemono est un adulte d'âge assez mur, son physique est par conséquent plus ou moins définitif. Il mesure dans les 1 mètre 85 pour un poids qui tourne autour des 70 kilos, ces mensurations vous feront deviner que le shinobi est une personne plutôt sportive et équilibré comme la plupart de ses semblables. L'exercice de leur fonction leur assurant un entretien quotidien de leurs capacités physiques. Sa musculature n'est pas très impressionnante, la force physique n'est d'ailleurs pas vraiment son poing fort étant donner qu'il compte surtout sur les pouvoirs de son bijuu depuis le début de sa formation de shinobi. Néanmoins sa corpulence bien moyenne lui permet d'être plutôt agile et rapide s'il devait en venir au combat rapproché. Il possède un visage plutôt allongé et une peau très lisse qui renforce son charme naturelle, bien qu'il ne s'en serve pas vraiment. Le shinobi a des yeux d'un bleu très clair, qui renforce, avec son absence de poils et ses sourcils fins, l'harmonie de son visage. 
      En parlant de son regard, vous pourrez observer que sa beauté glaciale demeure generalement neutre et même parfois peu chaleureuse du tout. Vous le devinerez surement vite, il ne sourit pas beaucoup, même carrément jamais, disons le comme cela est, il ne fait pas partie de ces personnes expressives. 

      Au niveau vestimentaire, le shinobi possède aux premiers abords une apparence singulière, devenant parfois gracieuse suivant ses mouvements au combat. Il arbore en général le même haori, une large veste blanche sans manche orné en bas par de petits pictogrammes noirs. La particularité de cette veste réside dans son tissu aussi fin, que résistant. Il peut ainsi se permettre de la porter tous le temps, quelque soit les conditions climatiques et cela ne le générait surement pas de la porter durant un combat. Toute fois, très respectueux de cette tenue traditionnelle offerte par son tuteur, l'individu préfère la retirer avant d'engager un combat sérieux. Il s'agit avant tout d'une tenue d'apparat et pas de combat. 
      En dessous, rien de très spéciale à première vue, il se contente de porter un ample kimono noir aux manches larges et retroussables. C'est avec ce Kimono noir que vous le verrez le plus souvent bien que le voir en personne n'est pas aisé pour des shinobis encore sous la tutelle de leurs villages. Bien qu'il soit spécialisé dans un Ninjutsu de longue et mi-distance, le shinobi s'est lui-même permis d'y coudre très proprement des poches avec le même tissu que son haori pour y renfermer au cas où quelques kunais, shurikens, parchemins et autres ustensiles facile à dissimuler sans crainte que ses outils ne se retourne contre lui dans un faux mouvement en transperçant bêtement la poche. Son bas de kimono est maintenu par une ceinture en tissu assez serré pour ne pas perdre son pantalon n'importe quand. Bien que très utile, ce n'est pas vraiment un accessoire fascinant à décrire alors nous allons passer à des choses plus intrigantes sur ses habits. 

      Vous vous demandez pourquoi le shinobi porte un foulard aussi grand ? Et bien je ne vais pas vous dire qu'il l'utilise au combat car se serait un mensonge ridicule. Ce foulard est avant toute chose un objet symbolique et d'une grande valeur pour Kemono. Le tissu provient de la fourrure très claire d'une race de mammifère semblable au Yak, originaire des montagnes enneigés d'Iwa, aujourd'hui disparu de la main des shinobis pendant la première grand guerre. Bien que ce soit son tuteur qu'il lui est egalement offert ce présent, il le porte donc surtout pour sa symbolique. Ce foulard représente le poids qu'apporte l'homme sur la nature et comment il l'a détruit chaque jour sans attention particulière.

      Ce qu'il porte dans les cheveux est une sorte décoration particulière mais très simpliste, il fait simplement passer ses cheveux dans ces tubes pour créer des mèches. Certains considère l'objet juste comme une décoration, mais cela consiste surtout à ne pas avoir de cheveux en bataille devant le visage durant un combat. Bien que de couleurs similaires, l'objet n'est pas aussi prestigieux que le foulard.

      Pour conclure, Kemono possède également quelques poids d'entrainement bien repartis dans son accoutrement, autant dans la structure des décorations qu'il porte dans ses cheveux que dans ses diverses protections notamment aux tibias. Bien qu'il les porte depuis de nombreuses années et qu'il s'y soit totalement habitué, cela lui permettrai de renforcer significativement son endurance et sa vitesse dans un combat où son adversaire aurait le même niveau que lui.

    • Description Psychologique : Quand on rencontre pour la première fois Kemono, n'importe qui pourra le trouver en premier lieu simple et respectueux, puis au fur et à mesure, vous noterez en lui une certaine sagesse du à son expérience ainsi qu'une sérénité parfois troublante. Le shinobi vous semblera d'un calme et d'une tranquillité impressionnante et vous finirait par remarquer en lui une intelligence fine, qui à coup sur, augmentera à nouveau votre sympathie pour cet homme. C'est en passant beaucoup de temps avec lui que vous devinerez enfin qu'il porte en lui une volonté et une détermination presque inébranlable. 

      Si vous êtes intrigué par cet homme, vous irez surement fouiller les archives, pour remonter à ses origines, vous découvrirez alors tout le patrimoine et à la fois le fardeau qu'implique le nom de Kemono Boukyaku. Choisi extremement jeune par les hautes autorités du village d'Iwa, il a été forcé de porter en lui le démon Gobi tenu captif par les ninjas de la Terre. Comment se douter que ce personnage aujourd'hui tristement singulier aux premiers abords fut arraché si jeune à sa famille sur le coup mystérieusement disparue et placé sous la directe tutelle du Tsuchikage. Des parents remplacé par un maitre pour lequel on ne peut exprimer que du respect, il n'eut jamais vraiment de place pour un vrai et sincère amour parental dans sa vie. Sa croissance fut un entrainement perpétuel. Il n'en parlera et ne s'en plaindra jamais réellement, il semble même en être étrangement reconnaissant. Ce type d'éducation lui a apprit la persévérance, le fait que tout vient seulement avec le temps et l'expérience. Il découvrit dans le même temps sa nature exceptionnelle de Jinchuriki, mais surtout ce que son corps abritait. Il découvrit ses pouvoirs et une révélation lui venu. Les 5 éléments, piliers de cette nature si grande et variée, cette nature qui lui a finalement fait part de cette bête et de ces dons. Il développa un immense respect pour elle, devenant plus lunatique et calme après avoir grimper dangereusement dans les grades et les missions. 
      Finalement, prises de conscience après prises de conscience, il décida à la surprise générale de s'éloigner de son maitre qui lui avait tout apprit au profit de la nature, jugeant simplement que le pouvoir à sa portée ne devaient pas être utiliser pour détruire. 
      Vous ne doutiez pas de sa puissance, mais jusqu'à présent vous n'aviez jamais vu en Kemono, l'hôte de capaçités si puissantes. Ce simple énergumène ne serait jamais apparu comme un tel prédateur à vos yeux n'est-ce pas ?

      Son calme dissimulait réellement quelque chose et sous ce masque de sereineté se cache et boue la puissance de la nature. En bon shinobi, il a apprit très tôt à ne rien montrer à ses adversaires, à surtout réfléchir avant d'agir et à ne jamais perdre son sang froid. C'est notamment une de ses meilleures qualités, il pourrait rester serein et neutre peu importe la situation. Souvent isolé, il pratique désormais la méditation pour communiquer plus clairement avec son bijuu, mais aussi pour ne faire qu'un avec cette nature qu'il respecte aujourd'hui plus que son ancien Sempai. 

      Et tandis que celui-ci a essayé de le retrouver à maintes et maintes reprises, Kemono lui s'enfonça peu à peu dans une voie de solitude et de préservation. La solitude ne fut d'ailleurs pas un obstacle pour lui, il était seul depuis le début, n'avait jamais connu l'amour et n'en avait finalement pas besoin. Sa seule aspiration était de ne pas re-devenir une arme, mais de devenir un protecteur.



Dernière édition par Kemono A. Boukyaku le Sam 28 Juil - 12:41, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kemono A. Boukyaku

avatar

Messages : 0
Date d'inscription : 27/07/2012
Age : 26

Feuille de personnage
Expérience:
0/800  (0/800)
Jutsus:

MessageSujet: Re: Kemono Arai Boukyaku ▬ [Loading - 100%]   Sam 28 Juil - 1:03

PROLOGUE


Tout à débuter de manière très naturelle dans l'hôpital d'Iwa no Kuni. A vrai dire, n'y a jamais rien de bien exceptionnel à raconter dans un accouchement qui s'est déroulé sans encombre, Kemono est juste né comme n'importe quel bébé dans ce monde, un beau bébé aux cheveux noirs comme des baguettes et en pleine forme. Sa mère, Tsumugi de son prénom, travaillait aux archives du village et son père, Nasawo, était un shinobi commun à ses semblables. La famille n'avait apparemment rien de vraiment spécial, aucuns dons héréditaires particuliers, ni dojutsu, peut-être faisait-elle partie d'une des lignées oubliées d'un ancien clan décimé, impossible de le dire. Et pourtant... ce nouveau née avait finalement une valeur profane que ses propres parents ignoraient.. 

Les premières années de l'enfant se déroulèrent dans un cadre très appréciable, la famille vivait très bien des salaires parentaux dans une bâtisse tout aussi estimable, mais bien qu'uniquement Chuunin, Nasawo pouvait finalement remarquer l'espionnage pratiquement incessant de sa famille. Une journée, il aperçu ces Anbu d'Iwa épiant sa maison et essaya de les pourchasser, mais il fut vite distancé par ces experts. 
La nuit même, les portes de la maison coulissèrent.. laissant entrer la triste fatalité d'une quête universelle à la puissance. A pas feutré, les assassins soigneusement cachés et vêtus d'un noir unique se faufilèrent dans la petite maison éclairé lascivement par quelques lampions, vérifiant chaque pièce dans le plus inquiétant des silence. Les portes des chambres des parents et du fils s'ouvrèrent simultanément. Et tandis que l'enfant était délicatement arraché à son lit, ses deux adultes furent vulgairement exécutés, toujours dans la plus grande discrétion.. A cet âge-là, le petit enfant pourra aisément oublier qu'il eut des parents et sera malléable à souhait.. C'était tout ce qui importait pour le Tsuchikage.



ACTE I ~ APPRENTISSAGE




Kemono commença alors à grandir sous la tutelle secrète du Kage d'Iwa. Bénéficiant d'une éducation spécialisée, d'une prise en charge totale de son hébergement, de sa nourriture, de son linge. Il était l'enfant invisible du Kage, l'enfant arborant un sceau dans le dos... mais les questions viendraient à se poser en grandissant.

L'enfant suivit la formation de l'académie auprès d'un instructeur qui lui était réservé et n'eut donc que quelques contacts de loin avec d'autres enfants de son âge. Ce qu'il ne savait pas c'est qu'il n'existait pas à leurs yeux, les traces administratives de l'existence de sa famille avaient été effacées et un brutal incendie de leur demeure avait fournis un parfait alibi auprès de leurs proches. Peu importe ce que le fils de Tsumugi & Nasawo aurait pu devenir, il n'existait pas.

Le petit enfant était calme, patient, obéissant, presque sans vie extérieure, mais pourtant, déjà à son âge, il était aussi avide d'apprentissage que le visiteur aguerri d'un lieu de culte.
Progressant dans l'ombre, celui que le Tsuchikage avait bizarrement baptisé la bête sauvage et cruelle (Kemono Arai Bougyaku) entama ensuite sa formation de Gennin après avoir réussi le test en vigueur. C'est à partir de ce moment-là qu'il ressentie que ses entrainements quotidiens étaient orientés vers la maitrise de plus en plus précise de son chakra, mais aussi du Ninjutsu. 

Cédant egalement à toute ses demandes constructives dans la plus grande discrétion, le Tsuchikage lui fit installer une bibliothèque pour sa lecture et détourna même des ordres de missions de rang D et C pour que son poulain puissent les accomplirent sans être restreint par une équipe et surtout pour qu'il ne soit pas privé de l'expérience du terrain. 

C'est au fur et à mesure, que le leader du village de la Pierre s'immisça par la suite dans ses entrainements pour commencer à le former soit-même, et surtout pour le préparer à ce qui allait venir. Parallèlement, Kemono poursuivi ses "missions privées", utilisant chaque jour ce qu'il avait apprit la veille. 

Celui-ci demeura vague face à toutes les questions de son élève, distillant miettes par miettes une part de la vérité. Sans autres choix, Kemono ne put qu'amasser chaque informations qu'il compléta par ses lecture et réalisa qu'il abritait une grande puissance qui influerait énormément sur ses aptitudes pour le ninjutsu. 
Futé à souhait, il demanda par la suite quel était le sceau dans son dos et obtenu miraculeusement une réponse précise de son maitre; il s'agissait de la serrure du coffre contenant toute cette puissance et que la suite de son entrainement constituerait à ouvrir petit à petit cette serrure pour déverrouiller ce pouvoir dangereux.

Petit à petit donc, le Tsuchikage déverrouilla soigneusement le sceau et lui apprit à canaliser ce surplus croissant de chakra dans le ninjutsu élémentaire. Étonnamment, le test de la feuille échoua, au lieu d'adopter la caractéristique d'un élément, elle explosa en poussière dans une onde de choc minime. Kemono était intrigué, croyant à un échec, mais le Kage, qui connaissait les pouvoirs et le caractère de la bête, ne put que sourire face à cette démonstration imprévue. Malgré cela, celui-ci entreprit de lui apprendre l'affinité dominante du pays, le Doton comme première affinité, espérant secrètement pouvoir lui en apprendre d'autres.. 

Le jeune jinchuriki, œuvrant toujours dans l'ombre, reçu son titre de chunnin dans le même climat. Peu de shinobis connaissaient l'existence de celui-ci, au final il n'y avait que ces gens qu'il ne connaissait pas et son maitre. Loin d'être bête, le jeune adolescent aux cheveux longs et noirs avait compris que peu importe la manière, ses parents avaient disparus, peut-être l'avaient-ils confiés au Kage, peut-être avaient-ils étaient enlevés, peut-être était-il juste orphelin.. Peu importe, son seul rôle était aujourd'hui de continuer d'apprendre et de céder aux intentions de son Sempai.

Les mois passèrent, puis les saisons, toujours dans la tumulte de ses missions et de ses entrainements incessants et d'une exigence croissante. Son maitre préférait la prudence et persévérait à contrôler la dose de chakra déverrouillée. Après tout si un évènement émotionnellement fort venait à perturber Kemono il pourrait relâcher ses queues et devenir incontrôlable. Ce que Kemono découvrit à ses dépens peu de temps après lors d'un entrainement qui failli terminer mal avant que le sceau ne soit finalement re-consolidé par son auteur. Finalement pris au dépourvu, le Tsuchikage se força à lui révéler enfin la totale vérité. Il lui parla des Bijuus, ces monstres de puissances et de chakra, de leurs hôtes, les jinchuriki, et fatalement de "son" bijuu, Gobi, le démon aux 5 queues, chacune maitresse d'une affinité...

Il savait enfin la vérité sur ce qui vivait au fond de lui et les questions se bousculèrent dans son esprit.. Avait-il été choisi ? De quelle manière ?
Il connaissait enfin son rôle, celui de Jinchurikki. Mais par déduction et logique, Kemono, qui s'acharne à étudier et s'instruire, notamment sur les politiques inter-nations, avait finalement compris qu'être un hôte de bijuu signifiait aussi être une arme au service de son maitre, la plus haute autorité du village. Peut-être s'agissait-il de mon destin, se disait-il, toujours seul, face à lui-même.

Le jinchuriki poursuivit ses entrainements de plus en plus contraignants afin d'arriver à maitriser d'autres éléments que son Doton initial. Quelques progrès furent à noter durant les mois qui suivirent mais rien de bien exceptionnel, au mieux juste de l'amélioration. Kemono subissait l'entrainement depuis tant d'années qu'il maitrisait avec précision son chakra dans les techniques à sa portée, mais avec le Tsuchikage limitant son contrôle sur son sceau, il se sentit finalement stagné. Quelque chose manquait.. Jusqu'à présent, il n'avait fait qu'utiliser une partie du chakra du Bijuu pour faciliter sa progression, mais il n'avait jamais été confronté à Gobi intérieurement.



ACTE II ~ GOBI & KEMONO




Nous voila la saison suivante, l'hiver et son manteau neigeux d'un blanc immaculé se sont déposés dans la même hardiesse que d'habitude sur une majorité du pays de la Terre. Mais le froid n'empêchera pas les entrainements de se poursuivent. Souvent isolé et désormais peu en missions, perdu quelque part dans le grand blanc, dans un lieu dont seul son maitre et lui connaissent l'emplacement, Kemono, qui a comprit qu'il devait rencontrer Gobi, s'immobilise de plus en plus longtemps pour méditer et rentrer en contact avec le bijuu. Des heures et des heures de méditations furent nécessaire pour seulement l'apercevoir de loin et être brièvement frappé par la blancheur de sa peau en contraste avec la noirceur si profonde de son propre intérieur.

Comme à l'accoutumé, c'est avec le temps que Kemono put enfin se concentrer assez pour se tenir devant la cage de cette bête si sublime. Blanche comme la neige, de la tête au pied. Des sabots, des pattes musclées, 5 queues comme les plumes de délicieux pinceaux imbibé de blancheur. Malgré la fourrure sur son dos et ces queues, son corps était en tout point identique à un cheval. Cependant en allant vers sa tête , le mélange devenu plus original mais tout aussi harmonieux.. Celle-ci ressemblait à celle d'un dauphin au bec très arrondi, mais arborait egalement des sortes de cornes tachetées aux extrémités rappelant ceux des rares girafes. La bête rugit alors majestueusement dans une harmonie semblable au chants des baleines, faisant vibrer sa cage comme un arbuste qu'on secoue. Kemono ne savait pas trop comment agir et fit un pas en avant, les mains sur la cage, comme hypnotiser par la puissance et la pure beauté du Bijuu.. Gobi se manifesta de vive voix à nouveau, surprit par la vibration, le jinchurikki se retrouva vulgairement à terre, ressentant au loin les raisonnements des pas de sabots sur le sol froid de son esprit et plongeant dans sa réflexion.
Au final Gobi était juste un cheval un peu rustre qu'il fallait dompter.. Chose toujours plus facile à dire qu'à faire. Il ne semblait pas méchant, peut-être taquin.. Mais au fond, Kemono pouvait sentir cette fierté, cette grâce et cet équilibre qu'il représente. Il était Gobi, le démon aux cinq queues élémentaires, capable de catastrophes naturelles par la symbiose des 5 piliers de la nature. Kemono ne pouvait qu'être abasourdi, la bouche legerement ouverte, il ne savait pas quoi dire. Dans un élan, il se releva et se repositionna devant cette grande cage, les mains serrant les barreaux. Gobi s'écria encore, Kemono résista et le bijuu se rapprocha vers lui. Sa peau était si blanche que la lumière se réflécta immédiatement sur elle. La tête impressionnante de la bête se fixa derrière les barreaux et observa longuement cet invité dans le silence. Après l'avoir jaugé durant une longue minute, le massif cheval à tête de dauphin retourna dans l'ombre en prononçant ces mots; " Tu feras l'affaire." Sur ces mots s'acheva leur premier entretien.

Dans les jours qui suivirent, Kemono passa son temps à essayer de convaincre son Sempai de déverrouiller un peu plus le sceau. La réponse à son problème, le jinchuriki l'avait trouvé après une réflexion intense; en toute logique, Gobi possède 5 queues pour 5 affinités, chacune devrait alors débloqué l'accès à une affinité, non ? Mais d'un autre côté, ne devrait-il pas y avoir un moyen pour pouvoir utiliser disons 2 ou 3 affinités sans devoir libéré deux ou trois queues ? Le seul qui pouvait décider de cela était Gobi et on ne pouvait que conclure qu'il fallait impérativement faire un deal avec lui pour y arriver sans tenter une transformation subite. 

Un autre entretien arriva donc, mais Gobi demeurait un cheval grognon et peu bavard. Au fond, peut-être que lui aussi se sentait seul, peut-être était-il frustré d'avoir été capturé et placé dans un corps, là où il est limité et prisonnier.. Peut-être que la liberté lui manque simplement, après tout un cheval aime galoper à travers les paysages, non ?
Kemono se tint à un mètre de la cage et haussa la voix pour se faire entendre clairement de ce magnifique et arrogant animal. Il lui expliqua cet accord dont il devrait être tous les deux bénéficiaires, en échange de la capacité de manier plusieurs affinités, Gobi pouvait lui demander une requête non dangereuse pour Kemono et qu'il pouvait bien sur accomplir.. Le démon aux cinq queues grommela en guise de réponse. Qu'est-ce qu'un bijuu dans un hôte pouvait bien demander ? Cette idée n'était pas sa plus brillante, mais c'était la plus honnête au goût de Kemono. " Je n'ai rien à te demander.." Le jinchu', un peu surprit lui demanda alors si de la compagnie lui était égal et la bête ne répondu pas, enchainant sans attendre, l'hôte poursuivit en lui demandant de lui raconter par exemple comment était sa vie, maintenant qu'ils étaient attachés, autant connaitre leurs vies respectives.. Le Bijuu demeura tout d'abord grognon et réfractaire, puis au bout d'un moment il s'avança et parla face à face avec son hôte.. "Je me souviens de tous mes précédents hôtes et ils voulaient tous en savoir plus sur moi, me connaitre, pour au final m'utiliser comme une arme. Tu est pareil. Je ne veut pas être une arme, détruire n'est pas un idéal pour moi... Je vit et lit en toi depuis quelques temps, je voit tout ce que tu vis, j'entends tout ce que tu penses et je semble finalement être le seul à connaitre cette vie intérieure qui t'anime. Tu n'es pas encore en mesure de me donner ce que je veut, mais je ressent ton honnêteté.. J'accepte ce deal pour toi, ... surtout pas pour lui.. J'espère qu'on se comprends.."

Les derniers mots de Gobi lors de cette rencontre résonnaient depuis des semaines dans son esprit. Cela avait eu l'effet désiré, puisqu'il commençait à manifester des aptitudes dans une autre affinité, mais il prenait ces mots au sérieux et commençait à douter du rôle qu'il voulait suivre auparavant. Lui qui se croyait destiné à être une arme, avait pour la première fois une chance de faire son propre choix. Il pouvait commencer à emprunter une voie différente, mais son respect pour son sempai l'empêcha de faire un choix radical. Au fond, il n'y étais simplement pas prêt. Il continua ainsi les entrainements pendant un moment développant lentement sa deuxième affinité, mais Gobi, toujours grognon n'hésitait pas à le restreindre à sa manière pour continuer à le pousser sur cette autre voie.


Sans vraiment en informer son sensei, Kemono multiplia ses voyages intérieures et ses entretiens avec Gobi. Le Bijuu était toujours aussi peu bavard, à vrai dire, il arrivait même qu'aucuns mots ne soient prononcés. Pourtant l'hôte le visitait encore et encore, il ne s'attendait bien sur pas à discuter, mais sa compagnie lui était sympathique. Enfin.. sympathique était un grand mot, la bête était aussi peu bavarde que Kemono, mais les longs silences qui les unifiaient n'étaient pas gênants. Dans la plus grande discrétion, le futur jeune homme avait assimilé leurs ressemblances, il ressentait petit à petit que sa présence ne dérangeait plus ce monstre de puissance et s'évertuer perpétuellement à le respecter et à ne rien lui demander. 

Ces isolements répétés apparurent finalement louche aux yeux du Kage qui le força à reprendre son entrainement. Semaines après semaines, Kemono Arai développa sa seconde affinité, celle du vent, pour finalement aboutir au développement toujours très lent de techniques très basique d'une troisième affinité, le Katon. Le Tsuchikage sembla étrangement satisfait de cela, mais se demandait profondément de quelle manière son élève avait pu y arriver. De sa propre et longue expérience, il demeurait certain que la seule manière de contrôler son bijuu ainsi était de le contraindre à obéir ou d'être en profonde harmonie avec lui, mais connaissant Gobi, ce cheval fougueux, grognon et solitaire, une telle chose était quasi-impossible. Le précèdent Jinchuriki du démon à 5 queues avait échoué dans ces deux voies, et piégé par ses faiblesses il l'avait en définitive laissé reprendre sa forme originelle avant de disparaitre. 

Le Kage n'était pas un père, il ne connaissait pas intimement cet adolescent toujours plus solitaire et le fait qu'il s'éloigne ainsi de lui était une menace à ses desseins. En guise de réponse à tout cela, le Tsuchikage renforça son sceau afin que son poulain ne devienne pas trop dangereux.



ACTE III ~ CETTE NATURE





Une année passa, puis une autre, toujours ponctuées par des missions et des entrainements qui conduiront l'élève invisible au rang symbolique de Juunnin. Mais ce symbolisme tuait son âme à petit feu. Lui qui avait déjà 18 ans n'avait jamais connu l'amour et n'aurait d'ailleurs jamais pu l'imaginer s'il n'en avait pas lu la définition dans un livre. Il ne savait pas comment aimer, ni reconnaitre de l'amour dans sa direction. Et malheureusement il en était ainsi pour un certain nombre de sentiments et de rapports humains. L'individu n'existait qu'aux yeux de son maitre et de ces rares personnes l'entourant, à part eux, aucuns shinobis du village d'Iwa ne savait réellement si le village possédait Gobi et encore moins qu'il avait été replacé dans un hôte. Limité à certaines zones du village, presque parqué comme un animal de ferme, il ne pouvait apercevoir des personnes qu'au loin, ces silhouettes floues, il aimerait les connaitre, les toucher, les sentir, leur parler, mais tout lui semblait interdit. N'était-ce pas triste de n'avoir jamais pu toucher une personne en dehors d'un combat ou d'un entrainement ? 

D'un autre côté, sa solitude avait fait grandir son indépendance bien plus vite. Il était irrémédiablement seul et demeurait certain de ne pouvoir compter que sur lui. À certains moments, Kemono était même persuadé qu'il ne serait jamais "normal" et qu'il demeurerait solitaire jusqu'à la fin de sa vie. Il n'y avait qu'une seule part de déni dans cette réflexion, il n'était pas entièrement esseulé, au plus profond de son âme, Gobi était considéré comme celui qui se rapprochait le plus d'un ami. Chose que le démon avait pu lire en cet hôte, le seul qui finalement avait un réel sentiment pour lui sans même le savoir.

Avec son Sempai ou des Anbus l'épiant à longueur de journée, Kemono dut réfléchir à un moyen astucieux pour rester totalement seul et assez longtemps pour parler à Gobi. Essayez de les semer et s'enfuir demeurant suspect, cela ne lui laissait qu'une dernière option. Désormais Juunnin, Kemono pouvait demander des missions de plus longues durée qui lui garantissait ainsi la solitude espérée. 

La méditation reprit donc, mais dans un lieu bien moins fade qu'à l'accoutumé. Il n'y avait que des montagnes poussiéreuses aux alentours de ce village tout aussi terne mais ici... 
La verdure était omniprésente, des fleurs sauvages tapissaient le sol au pied des conifères qui eux, dissimulaient habilement toute une petite faune. Et c'était dans ce contexte apaisant et vrai que Kemono pouvait enfin revenir voir son compagnon intérieur, lui qui représentait la nature à lui tout seul. 

Gobi demeura neutre face à l'apparition de son hôte à travers les barreaux de sa cage. Rien qui ne soit déjà commun, mais le contact se fit plus naturellement cette fois.. Kemono, oubliant que le Bijuu pouvait lire en lui, se confia sur le doute qu'il porte désormais sur son sensei et son rôle auprès de lui et du village. Gobi le laissa continuer, l'air de rien, et son hôte poursuivit en lui décrivant la nature qui entourait son corps concentré. Oubliant à nouveau que le bijuu pouvait voir à travers ses yeux.
Au fil des minutes la discussion, ou plutôt le monologue s'orienta de plus en plus vers cette nature. La bête laissa le jinchuriki déblatérer à quel point les hommes avaient oubliés qu'ils venaient de la nature, que c'était elle qui leurs avait donnée le chakra et les affinités... Et qu'en retour, elle, était détruite par leurs déchirements, leurs conflits..
L'hôte conclus en lui disant qu'il comprenait pourquoi il ne voulait pas être une arme. Sa puissance était trop grande pour être employé à la destruction. Il avait egalement compris que le Tsuchikage bloquait son sceau pour freiner sa progression.
Si Gobi et lui entraient en symbiose, ils atteindraient un niveau pouvant causer d'énormes ravages et Iwa ne peut se permettre d'échouer à nouveau dans la formation d'un jinchurikki, causer sa libération précoce ou qu'un retournement de veste de la part de Kemono se produise..

Celui-ci ne savait plus trop quoi faire, quoi décider.. Déchiré entre le respect qu'il porte pour celui qui l'a élevé et formé et le sentiment de réel partage qu'il ressent avec le démon et la tranquillité de la nature. Gobi ne lui posa alors qu'une question: "Veut-tu protéger ou détruire ?"

Face à cette interrogation, le jeune adulte resta d'abord hésitant puis se fixa finalement sur un choix qu'il pensa littéralement tout haut.. *protège*

Son choit était fait, il devait partir, mais pas les mains vides. S'il voulait partir pacifiquement il devait disparaitre sans avoir à combattre et surtout en emportant le rouleau décrivant la technique de son sceau. Kemono devait le subtiliser dans les quartiers du Kage au moment précis où il ne serait pas là et où la sécurité serait la plus faible. Cela bien sur sans se faire voir d'aucunes âmes.

Dans le mois qui suivit, le Tsuchikage dut s'absenter du village durant deux nuits pour une réunion avec le Seigneur Féodal du pays de la Terre, c'était maintenant ou jamais. Masqué comme un Anbu, il se faufila très lentement dans la demeure, évita tout aussi soigneusement les gardes et entra finalement à pas feutré dans la bibliothèque de rouleaux de son Sempai. Kemono chercha le bon durant une longue minute, puis fila dans les même lenteur et silence. Mais il n'avait pas le tout de souffler, le Jinchuriki devait partir le plus loin possible pour échapper aux futurs Oi-nin qu'ils lanceront à ses trousses quand ils se rendront compte de son absence et de celle du rouleau. Il fit un dernier détour par ses quartiers pour y prendre ce sac prévu à l'avance contenant vivres et matériel utile, puis repartir aussitôt en direction du Sud-Ouest.



EPILOGUE


Le silence, l'absence de voix, les rares chants oiseaux qui se perdent avec les échos de la faune et de la flore dans le vide, rien ne pouvait le perturber maintenant qu'il était seul. Comme un prédateur solitaire, il n'y avait plus que son esprit pour le guider et ses jambes pour l'emmener vers sa nouvelle destination. A la fois récompense et fardeau de son exil, la fuite était un châtiment acceptable. Aucun obstacles ne pouvait réellement obstruer sa route alors à quoi bon se sédentariser. Comme un ermite, il avait choisi l'isolement pour se consacrer aux principes essentiels de toute vie et à un enrichissement personel dénué de valeurs matérielles. A la manière d'une cure, il ne prennait, comme surement bien d'autres sages avant lui, que le temps de réfléchir, de méditer et s'adapter à un univers plus vaste. 

En dehors des missions et de ses entrainements, Kemono n'avait pas d'autres passe-temps que l'enrichissement de ses connaissances. Après des milliers d'heures de vie à assimiler des connaissances diverses, il pouvait enfin prendre le temps de réfléchir à comment les utiliser dans cette quête naturelle inspiré par les idéaux de Gobi qui avaient enfin percés son âme d'une puissante clarté. 

Que les hommes sont égoïstes, que leurs perspectives sont restreintes et que leurs esprits sont fermés quand on a l'audace malencontreuse d'essayer de redéfinir leurs valeurs établies. Quelque soit l'origine de notre création, la valeur d'une vie n'était finalement que trop considérée. Que représente finalement le tour du cadran d'une horloge ? Notre vie n'est qu'une ridicule heure dans l'immensité du temps, ce temps qu'on ne peut stopper, ce temps qui court et qu'on ne rattrapera jamais. Un temps qui revient derrière les retardataires, les emportant sur son passage pour leur rappeler à quel point une petite vie est fragile mais que lui demeure éternellement. 

Le quotidien solitaire de Kemono était positivement réglé par ses envies et ses besoins. Grâce à ses connaissances sur les méthodes de chasse rudimentaires, il n'avait aucun mal à trouver de quoi se nourrir quand il avait faim. De la même manière, ses connaissances basiques en architecture lui permettait de se construire un abri de fortune totalement naturel en l'absence de cavité rocheuse pour s'abriter. Il n'avait d'ailleurs pas de mal à trouver des endroits rarement, voir aucunement fréquentés pour méditer, se reposer ou s'entrainer. 
-------------------------------------------------------------------------------------


Une décennie s'écoula de cette manière simple et autonome.. une décennie durant laquelle il étudia le rouleau qui lui coutait une mise à prix et commença à apprendre la technique pour déverrouiller son sceau et mieux progresser. Ce n'est qu'après dix ans d'entrainement, qu'il put enfin developper correctement les deux derniers éléments.. Le seul obstacle demeurait encore Gobi lui-même qui demeurait négatif quand à le laisser utiliser l'entière ampleur de sa puissance.. Durant ces 10 années, Kemono mûrit egalement physiquement. Désormais âgé de 32 ans, il n'était plus cet adolescent docile mais un homme dévoué à protéger ce réseau qui s'effiloche en ces 5 éléments fondamentaux.. Feu, Eau, Air, Foudre, Terre.
Revenir en haut Aller en bas
Sanae.H.Rose

avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 26/06/2012
Age : 24

Feuille de personnage
Expérience:
0/0  (0/0)
Jutsus:

MessageSujet: Re: Kemono Arai Boukyaku ▬ [Loading - 100%]   Sam 28 Juil - 15:46

Ta pres est bien rédigés avec quelques fautes, on comprend la description physique et psychologique qui est assez amusante. Le seul bémol est qu'il n'y a pas un seul moment figé ou détaillé. Donc pour ma part, je suis assez mitigée pour moi cela sera entre A et S mais S serait plus convenable si tu es l'hôte de Gobi.

_________________
Spoiler:
 


Dernière édition par Sanae.H.Rose le Sam 28 Juil - 19:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Moryu Uzumaki

avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 29/06/2012

Feuille de personnage
Expérience:
0/0  (0/0)
Jutsus:

MessageSujet: Re: Kemono Arai Boukyaku ▬ [Loading - 100%]   Sam 28 Juil - 18:36

Le rang S me semble convenable, au vu de son objectif d'être l'hôte de Gobi
Revenir en haut Aller en bas
Sanae.H.Rose

avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 26/06/2012
Age : 24

Feuille de personnage
Expérience:
0/0  (0/0)
Jutsus:

MessageSujet: Re: Kemono Arai Boukyaku ▬ [Loading - 100%]   Mar 31 Juil - 11:26

Tetsuya abandonne Gobi donc tu en sera l'hôte donc tu es enfin validé

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Kemono Arai Boukyaku ▬ [Loading - 100%]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Kemono Arai Boukyaku ▬ [Loading - 100%]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ninja No Yume  :: A Garder :: Présentations Validé :: Nukenin-
Sauter vers: